Sélectionnez votre langue

Connexion

10,1

Hare Krishna.

Toutes gloires à Srila Prabhupada.

Aprakrita dasa m'a demandé dernièrement de  raconter,  à  l'attention  des  lecteurs  du magazine Retour à Krishna, ce qui m'est arrivé au milieu de l'année 2007. En effet, on m'a diagnostiqué une maladie qualifiée de grave. En voici les grandes lignes.

En mai de l'année dernière, après un contrôle chez le médecin, on m'a annoncé que j'avais un cancer. Le but de cet article est de décrire les sentiments et les pensées que cet épisode de ma vie m'a inspirés, parce qu'il est certain que ce genre de situation nous met face à des problèmes et des questions que   l'on n'aborderait   peut-être   pas autrement.

Les choses sont allées très vite. J'ai subi une opération après laquelle on m'a annoncé que j'étais guéri, mais quelques mois plus tard les médecins m'ont dit qu'il faudrait tout de même  suivre  un  traitement  par  chimiothérapie.

Lorsqu'on  m'a  annoncé  dans  un  premier temps que j'étais guéri, ma première réaction a été de me dire que tout allait bien, comme avant, donc nul besoin de me faire de  souci.  Mais  lorsqu'on  m'a  annoncé qu'une chimiothérapie serait nécessaire, je me suis trouvé face à des questions et des problèmes d'un autre genre.

Le premier pour moi a été celui du rapport à la maladie. Pourquoi cela m'arrive-t-il? Quel est le sens de tout ce qui m'arrive? Mais cette question en a tout de suite amené une autre, celle de l'attachement à la vie, qui à son tour m'a mis face à une évidence, celle de la mort qui d'une manière ou d'une autre doit arriver.

Prabhupada nous a enseigné que toute action entraîne une réaction. Autrement dit, ce qui nous arrive aujourd'hui n'est que la résultante de ce que nous avons fait auparavant.

Dans mon cas, la question de savoir si ce qui m'est arrivé était juste ou pas ne s'est pas posée. En effet, même s'il ne m'a pas été possible de comprendre pourquoi je subissais une telle réaction, j'ai cependant pu l'accepter de manière positive et consciente du moment où j'ai compris que c'était la loi du karma qui le voulait ainsi.

La loi du karma est toujours juste puisque c'est elle qui est garante de l'équilibre dans l'univers entier, selon la volonté de Krishna. Cette loi du karma est aisée à comprendre: si je mets mon pied sur un râteau, je sais que son  manche  va  me  percuter  exactement avec la même force que j'aurai appliquée dessus avec mon pied.

J'ai donc compris que la maladie qui m'a touché n'était qu'un retour de manivelle destiné à rétablir un équilibre que j'avais forcément  perturbé    auparavant.  La Bhagavad-Gita nous enseigne qu'il en va ainsi de toute action dans le cycle du samsara.

Srila Prabhupada, lors d'un voyage en avion au cours duquel il y eut des perturbations météorologiques importantes, dit à l'un de ses disciples qu'il était prêt à mourir à tout moment. C'est l'un des nombreux exemples qui nous montre qu'il était constamment absorbé en Krishna et que sa volonté et celle de Krishna ne faisaient qu'un.

Pour ma part, pendant cette période difficile, je me suis aperçu à quel point il est facile de s'attacher au corps et à la vie quand tout  semble  aller  bien.  L'idée  même  de renoncer à ce corps qui nous apporte tant de satisfactions  nous  semble  saugrenue  et surtout inopportune. Mais que tout vienne à basculer, que l'on sente que le corps n'est plus à même de nous apporter les mêmes sensations agréables qu'autrefois, qu'il ne nous apporte que désagréments, douleurs et misères,  et  l'attachement  à  ce  corps  disparaît.

Cette épreuve a été pour moi l'occasion de comprendre dans une certaine mesure à quel point l'abandon à la volonté de Krishna est nécessaire afin de trouver le bonheur. Le mental essaiera par tous les moyens de nous faire réagir aux sensations que nous éprouvons: accepter avec empressement ce que nous croyons être agréable et rejeter immédiatement ce que nous percevons comme désagréable.

Cependant, le vrai bonheur ne peut venir d'aucune de ces deux solutions. Krishna est aussi présent dans la maladie qu'Il l'est dans un état de bonne santé. Seul compte l'abandon total à Sa volonté. La Bhagavad-Gita nous enseigne que les joies et les peines vont et viennent comme les saisons. Et nous devons apprendre à les tolérer sans en être affectés.

Il n'est pas toujours facile de comprendre pourquoi telle chose ou telle autre nous arrive.  Parfois  tout  semble  aller  mal  sans qu'on sache pourquoi. Cette maladie aura été pour moi une grande leçon d'abandon à la volonté de Dieu. Que pouvais-je faire si ce n'est accepter consciemment ce qui m'arrivait? Cela ne veut pas dire renoncer à tout effort pour rester en vie. Non, au contraire, il  s'agit  d'aimer  la  vie  pour  les  chances qu'elle nous offre de nous purifier et de nous rapprocher de notre conscience originelle, sans pour autant s'y attacher de manière insensée au point de ne pas vouloir mourir. Car c'est là quelque chose qui doit arriver tôt ou tard.

Les journées les plus difficiles pendant cette période m'ont appris à voir la main de Krishna partout où je tourne mon regard. Et les journées les plus "agréables" m'ont appris à le remercier pour l'amour qu'Il nous donne à chaque instant de notre vie. Toute ma gratitude va à Srila Prabhupada qui ne m'a pas abandonné une seule seconde, que ce soit dans ses livres, dans le japa ou dans ses paroles.

Voilà dans les grandes lignes ce que cette situation m'a enseigné. Il n'y a que l'abandon à la volonté de Krishna qui puisse nous ouvrir  les  portes  du  bonheur  en  nous libérant des filets que maya tisse constamment  autour  de  nous.  C'est  ce  que  je souhaite à tous ceux et celles qui liront ces lignes, de trouver le bonheur véritable dans le service de dévotion, tel que Krishna nous l'enseigne dans la Bhagavad-Gita.

Hare Krishna

Alberto.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

jeudi, juin 13, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.1 - Bombay, le 12 avril 1976 Toute la civilisation védique est basée sur le contrôle des sens. La pratique du yoga est également destinée à contrôler les sens. Yoga indriya-saṁyamaḥ . Par un exercice corporel artificiel, on...
mercredi, juin 12, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.55 - Vṛndāvana, 10 avril 1976 Dans l'histoire des dévots, il y avait un dévot de Caitanya Mahāprabhu, Īśāna. Caitanya Mahāprabhu voulait lui donner une bénédiction. C'était un homme très pauvre. Même son toit, son toit de...
mardi, juin 11, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.54 - Vṛndāvana, 9 avril 1976 Si l'on étudie le monde entier à l'heure actuelle, on constate qu'il ne croit pas en l'âme. Ils ne croient pas à la transmigration de l'âme d'un corps à l'autre. Même les grands professeurs, les...
lundi, juin 10, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.41 - Māyāpura, 19 mars 1976 Ce n'est qu'un médicament. Pour se libérer de l'infection, ce harer nāma est le seul médicament, bhavauṣadhi. Auṣadhi signifie médicament. Parīkṣit Mahārāja a dit, harer nāma , ce chant de Hare...