La Nouvelle du Jour


Ceci est la teneur et portée du chant 5 chapitre 14 verset 1 du Srimad Bhagavatam

L'indication la plus importante que ce verset renferme tient dans les mots hari-guru-carana-aravinda-madhukara-anupadavim. Dans l'univers matériel, les âmes conditionnées sont frustrées par la vie, et ce n'est qu'après de grandes difficultés qu'elles parviennent parfois au soulagement. D'une manière générale, on peut dire que l'âme conditionnée n'est jamais heureuse; elle ne peut que lutter pour son existence. En fait, la seule solution qui s'offre à elle consiste à s'abandonner à un maître spirituel, un guru, afin que par son intermédiaire elle puisse s'abandonner aux pieds pareils-au-lotus du Seigneur. C'est ce qu'explique Sri Caitanya Mahprabhu; guru-krsna-prasade paya bhakti-lata-bija. Les gens qui luttent pour assurer leur subsistance dans les jungles que sont les villes de ce monde ne jouissent pas vraiment de la vie; ils éprouvent simplement différentes joies et peines -le plus souvent des peines qui les accablent. Ils essaient d'échapper à ces souffrance, mais leur ignorance les en empêche. Pour eux, les Vedas enseignent: tad-vijnan artham sa gurum evabhigacchet. Lorsque l'être distinct se trouve perdu dans la jungle de l'univers matériel, luttant pour l'existence, son premier souci doit être de trouver un guru authentique qui se consacre de façon constante au service des pieds pareils-au-lotus du Seigneur Souverain, Sri Visnu. Bref, celui qui aspire si peu que ce soit à être délivré de la lutte pour l'existence doit trouver un guru authentique et s'abandonner à ses pieds pareils-au-lotus pour recevoir ses enseignements. C'est ainsi qu'il pourra s'extirper de cette situation.

Puisque l'univers matériel est ici comparé à une forêt, on peut objecter que dans le kali-yuga la civilisation moderne se développe surtout dans les villes. Toutefois, une grande ville ressemble tout à fait à une vaste jungle. En fait, la vie citadine présente plus de dangers que la vie en forêt. Si l'on pénètre dans une ville inconnue où l'on n'a ni ami, ni refuge, vivre dans cette ville se révélera être plus difficile que vivre dans la forêt. Il existe de nombreuses métropoles à la surface du globe et, de quelque côté que l'on porte son regard, on voit se poursuivre vingt-quatre heures sur vingt-quatre la lutte pour l'existence. Les gens vont et viennent sans répit dans des voitures roulant à plus de cent kilomètres à l'heure, et c'est dans cette sorte de mise en scène que se déroule la grande lutte pour l'existence. L'homme doit se lever tôt le matin, prendre sa voiture et appuyer sur l'accélérateur à s'en rompre les os. Le danger d'un accident plane toujours sur sa tête, et il lui faut faire preuve d'une grande vigilance. Au volant de sa voiture, il connaît mille angoisses, et ses efforts, sa lutte, n'ont rien de salutaire. A part les être humains, il y a aussi les autres espèces, parmi lesquelles les chats et les chiens, qui mènent eux aussi un dur combat jour et nuit pour pouvoir vivre. C'est ainsi que la lutte se poursuit inlassablement, et que l'être conditionné change constamment de situation; petit enfant pendant quelque temps, voilà qu'il doit se faire à son corps de garçon; puis il devient jeune homme, adulte, homme mûr, et vieillard; finalement, lorsque son corps ne fonctionne plus, l'âme doit en revêtir un autre, appartenant à une espèce différente. L'abandon du corps s'appelle la mort, et l'acceptation d'un nouveau corps n'est autre que la naissance. La vie humaine représente une occasion de trouver refuge auprès d'un maître spirituel authentique et, par son intermédiaire, auprès du Seigneur Suprême. Le Mouvement pour la Conscience de Krsna a été créé afin de donner cette chance à tous les membres de la société, maintenant fourvoyés par des dirigeants insensés. Nul ne peut éviter cette lutte pour l'existence, avec toutes les souffrances qu'elle entraîne, à moins de s'en remettre à un pur dévot du Seigneur. Tout effort matériel ne peut que modifier superficiellement notre condition, sans jamais pouvoir nous affranchir véritablement de la lutte pour l'existence. Notre seul recours est de trouver refuge auprès des pieds pareils-au-lotus d'un maître spirituel authentique, et par son intermédiaire, auprès de ceux du Seigneur.

Note par Aprakrita dasa: "Il est facile de comprendre que nous ne sommes pas heureux dans ce monde entre autre avec ce virus covid qui vient basculer nos vies. Bien des choses sont dites à ce propos. Il y a différentes versions. À la télévision, à la radio, aux nouvelles sur internet enfin où cela est possible d’en parler. Les gens ne parlent que de ce virus, car il fait souffrir non seulement ceux qui l’ont contracté, mais toute la population. Il y a tellement de restrictions que les gens deviennent fâchés. Il faut comprendre que cela fait parti des souffrances de ce monde. Après ce virus ce sera autre chose. Nous ne sommes pas dans un endroit confortable. Il faut sortir de ce monde. La meilleure chose à faire est de tolérer la situation et de chanter Hare Krishna qui va nous donner le meilleur soulagement. Cela va éventuellement nous sortir de ce monde pour aller dans un monde sans problème. Il ne faut plus rester ici. Ce n’est pas un endroit confortable.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare