Sélectionnez votre langue

Connexion

bg.6,36(193)

 

 

Lorsque j'étais en Inde, accompagné d'une dizaine de dévots dont 2 jeunes enfants, je suis allé visiter des temples de Narasimhadeva (Pour connaître cette histoire, il faut cliquer ici. Sur la page cliquez sur les chapitres 2 à 10) à quelques centaines de kilomètres de la ville de Bangalore. Nous sommes partis un vendredi en soirée, pour arriver samedi matin dans le village d'Ahobilam. Ce village est à la fin de la route dans la jungle.

Avant de débuter notre randonnée pour visiter ces temples de Narasimhadeva dans la jungle, les dévots m'ont demandé si je serais capable de poursuivre ce pèlerinage jusqu'au bout. Il faut dire que j'avais à ce moment 65 ans et j'étais avec des gens beaucoup plus jeunes que moi. Je leurs ai dit qu'il n'y avait pas de problème, mais je ne savais pas ce qui m'attendait.

Ce fut un voyage vraiment intéressant et j'en ai profité pour prendre ces images que je vous présente ici en vidéos. Arrivés à ce village avec mes amis j'étais complètement dépaysé. De toute ma vie, je n'avais vu un tel endroit. Après avoir déposé nos bagages dans notre chambre à deux lits pour trois personnes, nous avons débuté notre pèlerinage sur de hautes montagnes. Les mains tendues vers nous, des mendiants du matin au soir sollicitaient des dons de tous ceux qui passaient devant eux.

Nous avons visité notre premier temple, mais il est défendu de filmer à l'intérieur. Nous avons fait un kirtan (chant dévotionnel) devant les murtis de Narasimhadeva. Il est dit que dans les temples que nous devions visiter, il y a des murtis qui se sont manifestées d'elles-même. Si Krishna peut créer une planète comme la terre, il est possible aussi pour Lui de se manifester sous la forme de murtis.

Je vous laisse écouter cette première vidéo.

 

 

Un peu avant d'arriver au temple suivant, le dévot en charge de ce pèlerinage, nous a demandé si nous devions marcher 3 heures afin de se rendre à ce temple ou bien prendre une jeep qui ferait le trajet en 10 ou 15 minutes. Il nous a prévenu que si nous prenions la jeep qu'on se ferait secouer, car le chemin est très difficile. Il ne faut pas oublier que nous étions dans la jungle. Nous avons choisi la jeep et vous verrez dans cette vidéo ce dont je vous parle ici.

Une fois arrivés là où la jeep peut se rendre, nous avons continué notre route en marchant afin de se rendre au prochain temple. J'ai pu filmer à l'intérieur où nous pouvons voir la murti de Narasimhadeva. Il n'y avait personne pour surveiller, alors j'en ai profité pour prendre ces images. Il n'y avait qu'un vieil homme qui n'a rien dit. Nous avons encore une fois fait un kirtan et sommes repartis vers la jeep qui nous attendait afin de se diriger vers un autre temple. Au passage, j'ai pris quelques images d'un village où on nous attendait pour savourer un merveilleux festin.

 

 

Notre journée était loin d'être terminée, et je ne m'attendais pas à ce défit qui approchait. En effet, après avoir escaladé près de mille marches non égales, marché sur un chemin de pierres et roches et parcouru une distance de sept kilomètres et demi, nous sommes finalement arrivés au dernier temple de la journée. Cet endroit encore plus profond dans la jungle semblait complètement isolé du monde. J'ai pu prendre à l'insu du gardien de la place encore quelques images de l'intérieur du temple. Ce sont des images très rares et probablement pour la première fois sur internet.

Bien sûr, nous étions tous très fatigués et nous nous sommes reposés pendant plusieurs minutes. Moi qui n'est plus très jeune, je pensais au retour et les sept autres et demi kilomètres encore à marcher sur le même terrain rocailleux, parfois montant et aussi parfois descendant. Je n'ai pris en images que le coucher de soleil qui annonçait bien sûr la noirceur. Celle-ci est arrivée assez vite. C'est à peine si on voyait où nous placions les pieds. Chaque pas était très risqué. Ce fut par la suite l'obscurité totale, mais heureusement quelques dévots avaient amené des lampes de poche, ce qui a grandement aidé. J'avais très hâte de retrouver les mille escaliers du début, car je savais que cette fois-ci elles seraient en descendant et que celles-ci annonceraient la fin de ce périple. Finalement un dévot qui était au devant du groupe, nous a annoncé la bonne nouvelle. Descendre ces escaliers demande moins d'effort que de les monter, mais après une randonnée de quinze kilomètres elles sont un effort encore très exigeant.

 

 

Le jour suivant après un repos bien mérité, mais personnellement toujours fatigué, nous nous sommes remis en marche pour la prochaine randonnée. Cette fois c'était une promenade de cinq kilomètres dans la montagne abrupte et rocheuse. Cinq kilomètres aller seulement, donc une jolie randonnée de 10 kilomètres. Aux premiers pas, je n'en pouvais plus déjà. Voir à 55 secondes sur la vidéo la sommet de la montagne qui était le but à atteindre. Certaines personnes, mais pas de notre groupe utilisaient le service de palanquin. Dans cette nouvelle randonnée, il y avait encore plusieurs marches à monter.

Il ne faut pas oublier que la température devait être tout près de 35 degrés Celcius. Je transpirais de partout.

Arrivés au premier arrêt après une marche de 3 kilomètres, nous avons visité ce temple situé à cet endroit. J'ai pu filmer l'intérieur de ce temple, mais malgré les lumières de poche, il était difficile de bien voir.

 

 

Les dévots m'ont prévenu que les 2 prochains kilomètres seraient encore plus abruptes. J'ai décidé de ne plus continuer et j'ai donné ma caméra vidéo à un dévot qui a filmé ce qui suit. Les dévots sont partis et j'ai attendu à cet endroit où j'en ai profité pour dormir 1/2 heure assis sur des roches. Il n'y avait rien d'autres. Ils sont finalement arrivés 2 heures plus tard. Il y avait toujours trois kilomètres afin de retourner au prochain temple. La descente était aussi épuisante que la montée. J'ai avec eux, visité deux autres temples, mais pas le troisième. J'ai cessé de filmer dès la descente, car j'étais trop occupé à surveiller mes moindres pas, car il y avait un danger à chacun de ceux-ci.

 

 

Je vous présente ici, un petit bonus des dernières images que j'ai prises au dernier temple. Un gentil monsieur indien m'a demandé de prendre ces images de lui, son épouse et sa fille. J'ai aussi filmé une guenon avec son bébé et probablement aussi le père de ce petit enfant singe.

 

 Nous sommes revenus au temple de Bangalore où j'habitais et j'en ai profité pour me reposer. C'est seulement deux jours plus tard que j'ai repris entièrement ma bonne forme. Malgré cette fatigue, j'ai vraiment aimé ce pèlerinage. Je serais prêt à y retourner, mais cette fois sur un sol plus égal. ;o))

Votre serviteur,
Aprakrita Dasa

 

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

mardi, juin 18, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.4 - Bombay, 15 avril 1976 Anarthopaśamaṁ sākṣād bhakti-yogam adhokṣaje, lokasya ajānataḥ [SB 1.7.6]. Ces vauriens ne savent pas comment accepter le chef. Et vidvāṁś cakre sātvata-saṁhitā. Vyāsadeva est donc la personne la...
lundi, juin 17, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.4 - Bombay, 15 avril 1976 C'est ce qu'on appelle anartha. Anartha signifie les choses qui ne sont pas voulues. C'est la distinction entre l'Est et l'Ouest. Si je peux m'allonger... La civilisation orientale est la suivante :...
dimanche, juin 16, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.43 - Calcutta, 23 mars 1976 Ce verset est très important pour les Vaiṣṇava. Prahlāda Mahārāja a dit : « Je me lamente », śoce. « Je suis très affligé. » Śoce signifie « Je me lamente beaucoup. » "Pourquoi ? Pourquoi vous...
jeudi, juin 13, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.1 - Bombay, le 12 avril 1976 Toute la civilisation védique est basée sur le contrôle des sens. La pratique du yoga est également destinée à contrôler les sens. Yoga indriya-saṁyamaḥ . Par un exercice corporel artificiel, on...