Sélectionnez votre langue

Connexion

bg.4,26(123)

Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.31
-
Māyāpur, 9 mars 1976 

C'est pourquoi Prahlāda Mahārāja dit, idaṁ sad-asad-īśa. Sad-asat, kārya kāraṇa, cause et effet. C'est comme si vous aviez un tissu. Le tissu est fait de coton. C'est donc à partir du coton que nous préparons le fil, et à partir du fil que nous préparons le tissu. Lorsque le tissu est là, le fil a disparu. Lorsque le fil est là, le coton a disparu. On les appelle sad-asat. Sat signifie ce qui existe, et asad signifie ce qui n'existe plus. Le monde matériel est donc asat. Il n'est pour l'instant qu'une simple exposition. Nous devons donc découvrir la véritable existence, l'existence sanātana. C'est Kṛṣṇa. Nous ne devrions pas être déconcertés par cette manifestation temporaire. Tout ce qui est matériel est temporaire. Il a une date de création. Tout, tout ce que vous voyez ici dans le... Comme ce microphone. Il a une date de création, il fonctionnera pendant un certain temps, puis il sera hors d'usage, nous le jetterons dans la rue et il disparaîtra à nouveau dans la terre, car tout est issu de la terre. C'est le monde matériel. Mais nous devons découvrir la réalité. Nous ne devrions pas être déconcertés par les choses temporaires. Notre mouvement de conscience Kṛṣṇa a pour but d'amener l'entité vivante de ce monde temporaire au monde spirituel ou au monde permanent, où il n'y a plus d'annihilation. Il est éternel, nitya. Nityaḥ śāśvataḥ.

Nous, les entités vivantes, sommes donc éternelles. C'est māyā, je pense que je suis ce corps. C'est notre ignorance. Le mouvement de la conscience de Kṛṣṇa vise donc à délivrer la société humaine de cette ignorance, des choses temporaires : « Je suis ce corps. Voici mon pays. Voici ma femme. Voici mes enfants. Ceci est... C'est le mien. C'est -ahaṁ mameti [SB 5.5.8]. Je suis ce corps, et tout ce qui se rapporte à ce corps est à moi ». Mais en réalité, il n'y a rien de tel. C'est ce qu'on appelle māyā. La vraie chose est, la réalité est, Kṛṣṇa, Brahman, Parabrahman. Toutes les autres choses... C'est pourquoi l'injonction védique est la suivante : « N'essayez pas de rester dans cette situation temporaire. » Asato mā sad gamaḥ : « Ne restez pas dans cette... » Mais nous sommes si ignorants, notre civilisation actuelle est si stupide, qu'ils ne savent pas ce qu'est sat et ce qu'est asat. Ils veulent rester dans l'asat. Ils veulent s'arranger pour rester dans cet asat, des choses temporaires, en oubliant que même si vous vous arrangez gentiment dans ce monde matériel temporaire, vous ne serez pas autorisés à y rester. Telle est notre ignorance. Mūḍha nābhijānāti mām ebhyaḥ param avyayam. Kṛṣṇa dit : « Ces vauriens, mūḍha, ne savent pas ce qu'est le stade permanent, sanātana. » C'est ce que l'on veut. C'est la connaissance humaine. Il faut connaître le stade permanent et ne pas se laisser déconcerter par les choses temporaires. C'est de l'ignorance.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

jeudi, juin 13, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.1 - Bombay, le 12 avril 1976 Toute la civilisation védique est basée sur le contrôle des sens. La pratique du yoga est également destinée à contrôler les sens. Yoga indriya-saṁyamaḥ . Par un exercice corporel artificiel, on...
mercredi, juin 12, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.55 - Vṛndāvana, 10 avril 1976 Dans l'histoire des dévots, il y avait un dévot de Caitanya Mahāprabhu, Īśāna. Caitanya Mahāprabhu voulait lui donner une bénédiction. C'était un homme très pauvre. Même son toit, son toit de...
mardi, juin 11, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.54 - Vṛndāvana, 9 avril 1976 Si l'on étudie le monde entier à l'heure actuelle, on constate qu'il ne croit pas en l'âme. Ils ne croient pas à la transmigration de l'âme d'un corps à l'autre. Même les grands professeurs, les...
lundi, juin 10, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.41 - Māyāpura, 19 mars 1976 Ce n'est qu'un médicament. Pour se libérer de l'infection, ce harer nāma est le seul médicament, bhavauṣadhi. Auṣadhi signifie médicament. Parīkṣit Mahārāja a dit, harer nāma , ce chant de Hare...