Sélectionnez votre langue

Connexion

15.3-4

Depuis la création de l'univers matériel, tout le monde s'efforce de devenir immortel, mais les lois de la nature sont d'une telle rigueur que nul n'a jamais pu échapper à la mort. Personne ne veut mourir, c'est un fait; personne non plus ne désire vieillir ou tomber malade, mais les lois de la nature n'épargnent à personne ni la souffrance, ni la vieillesse, ni la mort. Ce problème demeure sans solution malgré les progrès de la science. Bien qu'ils aient permis à l'homme de découvrir la bombe atomique et de mettre fin à toute vie, ils ne peuvent les protéger des griffes cruelles de la souffrance, de la vieillesse et de la mort.

Personne ne veut mourir, chacun désire au contraire vivre le plus longtemps possible. On trouve cette tendance chez l'individu, mais aussi à l'échelle de la famille, de la société, de la nation, etc.

Il n'est pas de puissance capable de résister à la cruelle mort. Nul, fût-ce dans les pires souffrances, ne veut mourir; et pourtant, même les techniques les plus élaborées de la science moderne demeurent incapables de remédier à la vieillesse et la mort, dont elle est un présage livré par le temps cruel. Nul ne saurait décliner les sommations ou le jugement suprême du temps éternel.

On ne souligne jamais assez que rien ni personne en ce monde ne peut vaincre la mort. Toutes les espèces vivantes sont soumises à ces morts et à ces naissances répétées, mais l'être qui obtient une forme humaine peut échapper à la loi du karma. Cette forme humaine est très rare. Il y a davantage de formes animales. Parmi la grande variété de formes animales, il est rare de prendre un corps humain. Il faut donc utiliser ce corps pour retourner à Krishna, Dieu la Personne Suprême. La différence entre les animaux et les humains est que ces derniers se posent des questions alors que les animaux ne se préoccupent que de satisfaire leurs besoins de manger, de dormir, de s'accoupler et de se défendre.

Pour faire un bon usage de cette forme, il est recommandé de réciter le maha-mantra: Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare.

Pourquoi dois-je subir les trois formes de souffrance ? "Les trois formes de souffrance en question ont nom adhyatmika, adhibhautika et adhidaivika. Le terme adhyatmika désigne les souffrances issues du corps et du mental. L'être vivant souffre tantôt de maux physiques, tantôt d'afflictions mentales. Ces deux variétés d'adhyatmika, nous en avons l'expérience depuis le temps même de notre séjour dans le ventre de notre mère. Plusieurs formes de souffrance semblent ainsi profiter de la fragilité du corps humain pour nous tourmenter. On qualifie d'adhibhautika les souffrances causées par d'autres entités vivantes. Nombre d'animaux issus de larves, dont certains insectes, peuvent ainsi troubler notre sommeil. Il arrive également que les blattes et d'autres espèces indésirables nous infligent des tourments, tout comme le peuvent divers êtres nés sur des planètes différentes de la nôtre. Le mot adhidaivika correspond, lui, aux souffrances qui ont pour origine les devas des planètes supérieures. À titre d'exemple, citons le froid ou la chaleur extrême, la foudre, les séismes, les ouragans, la sécheresse... Quoi qu'il en soit, nous sommes constamment exposés à l'une ou l'autre de ces trois formes de souffrance.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

lundi, juin 17, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.4 - Bombay, 15 avril 1976 C'est ce qu'on appelle anartha. Anartha signifie les choses qui ne sont pas voulues. C'est la distinction entre l'Est et l'Ouest. Si je peux m'allonger... La civilisation orientale est la suivante :...
dimanche, juin 16, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.43 - Calcutta, 23 mars 1976 Ce verset est très important pour les Vaiṣṇava. Prahlāda Mahārāja a dit : « Je me lamente », śoce. « Je suis très affligé. » Śoce signifie « Je me lamente beaucoup. » "Pourquoi ? Pourquoi vous...
jeudi, juin 13, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.1 - Bombay, le 12 avril 1976 Toute la civilisation védique est basée sur le contrôle des sens. La pratique du yoga est également destinée à contrôler les sens. Yoga indriya-saṁyamaḥ . Par un exercice corporel artificiel, on...
mercredi, juin 12, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.55 - Vṛndāvana, 10 avril 1976 Dans l'histoire des dévots, il y avait un dévot de Caitanya Mahāprabhu, Īśāna. Caitanya Mahāprabhu voulait lui donner une bénédiction. C'était un homme très pauvre. Même son toit, son toit de...