Sélectionnez votre langue

Connexion

bg.4,38(134)

Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.41
-
Māyāpura, 19 mars 1976 


C'est donc notre condition de vie matérielle. Prahlāda Mahārāja la décrit l'une après l'autre. Il arrive donc que des personnes stupides accusent Dieu en disant : « Pourquoi nous a-t-il placés dans cette condition misérable, dans des conditions de vie différentes ? Quelqu'un est riche, quelqu'un est pauvre, quelqu'un est malade, quelqu'un est en bonne santé, et tant d'autres choses encore. » Bhaktivinoda Ṭhākura a dit : keśava tuyā jagata vicitra. Vicitra signifie variétés. « Si Dieu est bon, pourquoi a-t-il créé tant de variétés ? Ce n'est pas une question que l'on pose couramment ? Vous prêchez. Les gens posent ce genre de question : « Pourquoi Dieu n'est-il pas bon avec tout le monde ? Pourquoi a-t-il fait cette distinction ? »

Ce n'est donc pas la création de Dieu. Nous devons savoir qu'il s'agit de ma création. C'est pourquoi Prahlāda Mahārāja a dit : evaṁ sva-karma-patitam. Tout comme un homme est condamné à mort. Au tribunal, le juge prononce le jugement suivant : « Ce meurtrier doit être pendu. » Ce n'est donc pas le juge qui donne l'ordre au meurtrier d'être pendu. C'est le meurtrier qui a créé sa situation qui doit être pendu. C'est ce qu'il faut comprendre. Ce n'est pas parce que le juge est partial qu'il ordonne à quelqu'un d'obtenir un décret pour deux millions de dollars, « Il doit les avoir », et qu'un autre homme est condamné à mort. Ce n'est pas que le juge soit partial, qu'il donne à quelqu'un deux millions de dollars et que quelqu'un soit condamné à être pendu. Le juge est impartial. Ye yathā māṁ prapadyante [Bg. 4.11]. Karmaṇā daiva-netreṇa [SB 3.31.1]. C'est la version. Nous agissons selon nos caprices, et l'action qui en résulte est là immédiatement. La loi de la nature, la loi de Dieu, est là. 

Nous avons fait l'expérience que si nous contractons une maladie, une maladie contaminante, nous devons souffrir de cette maladie. Ce n'est donc pas la création de Dieu que quelqu'un souffre d'une condition douloureuse et que quelqu'un en profite. Nous nous contaminons nous-mêmes parce que ce monde, ce monde matériel, est plein de contaminations, plein de contaminations. De même que lorsqu'il y a une épidémie, toute la situation est contaminée. C'est pourquoi il faut se faire vacciner pour se protéger. Ainsi, quiconque est venu dans ce monde matériel doit savoir qu'il est arrivé dans un endroit où sévit une épidémie. Il faut donc rester très prudent. Sinon, vous devrez souffrir.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

jeudi, juin 13, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.1 - Bombay, le 12 avril 1976 Toute la civilisation védique est basée sur le contrôle des sens. La pratique du yoga est également destinée à contrôler les sens. Yoga indriya-saṁyamaḥ . Par un exercice corporel artificiel, on...
mercredi, juin 12, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.55 - Vṛndāvana, 10 avril 1976 Dans l'histoire des dévots, il y avait un dévot de Caitanya Mahāprabhu, Īśāna. Caitanya Mahāprabhu voulait lui donner une bénédiction. C'était un homme très pauvre. Même son toit, son toit de...
mardi, juin 11, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.54 - Vṛndāvana, 9 avril 1976 Si l'on étudie le monde entier à l'heure actuelle, on constate qu'il ne croit pas en l'âme. Ils ne croient pas à la transmigration de l'âme d'un corps à l'autre. Même les grands professeurs, les...
lundi, juin 10, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.41 - Māyāpura, 19 mars 1976 Ce n'est qu'un médicament. Pour se libérer de l'infection, ce harer nāma est le seul médicament, bhavauṣadhi. Auṣadhi signifie médicament. Parīkṣit Mahārāja a dit, harer nāma , ce chant de Hare...