Sélectionnez votre langue

Connexion

16.20

Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.37

-
Māyāpur, 15 mars 1976 

Cela se passe non seulement dans cette vie, mais aussi avant cette vie, anādi, anādi. Une fois que nous avons la chance de comprendre quel est le problème de la vie, la vie humaine se voit offrir une chance. Par l'évolution, par la voie de la nature, 8 400 000 espèces de vie sont apparues. La nature a donc donné une chance à cette forme de vie humaine. Il s'agit maintenant de comprendre quelle est notre position. Athāto brahma jijñāsā. Mais si nous ne nous occupons pas de cette question... Ke āmi kene āmāya jāre tāpa-traya. Sanātana Gosvāmī a posé cette question à Caitanya Mahāprabhu. Approcher le guru signifie s'interroger sur soi-même : "Que suis-je ?" C'est cela l'intelligence. Sanātana Gosvāmī était le ministre. Il était très riche. Tyaktvā tūrṇam aśeṣa-maṇḍala-pati-śreṇīṁ sadā tucchavat. Mais lorsqu'il reprit ses esprits après avoir rencontré Caitanya Mahāprabhu, il voulut savoir : "Que suis-je ?" Il s'agit là d'une véritable interrogation. Il pourrait être très satisfait d'obtenir lui-même la réponse suivante : "Je suis ministre. J'ai un gros salaire, je suis très respecté. Je suis très respecté." Non, il n'était pas satisfait. Il s'est adressé à son gourou, Caitanya Mahāprabhu. L'injonction védique est, tad-vijñānārthaṁ sa gurum eva abhigacchet [MU 1.2.12].

Tout le monde est conscient de la lutte pour l'existence, mais il n'est pas assez sérieux pour se demander "Pourquoi cette lutte pour l'existence ?". Ce "Pourquoi ?" est nécessaire. C'est la vie humaine. Le chien souffre. Il a faim, il va à un endroit pour trouver de la nourriture, et au lieu de nourriture, il reçoit un coup de bâton. Il aboie beaucoup... Il est déçu : "Je voulais de la nourriture, mais j'ai eu le bâton." (rires) "Je voulais du pain, j'ai eu de la pierre." C'est ce qui se passe. C'est ce qui se passe. C'est pourquoi la société humaine lutte également et élabore des plans de développement économique afin d'obtenir du pain au lieu de la pierre. Mais la lutte continue. Il n'y a pas de règlement. Ce n'est pas possible. Ce n'est pas possible. Que vous alliez dans tel ou tel pays, que vous acceptiez tel ou tel "isme", à moins que vous ne veniez à Kṛṣṇa, il n'y a aucune possibilité de paix. C'est ce qui est dit, en termes très simples, dans la Bhagavad-gītā, à savoir comment mettre fin à cette lutte pour l'existence. 

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

jeudi, juin 13, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.12.1 - Bombay, le 12 avril 1976 Toute la civilisation védique est basée sur le contrôle des sens. La pratique du yoga est également destinée à contrôler les sens. Yoga indriya-saṁyamaḥ . Par un exercice corporel artificiel, on...
mercredi, juin 12, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.55 - Vṛndāvana, 10 avril 1976 Dans l'histoire des dévots, il y avait un dévot de Caitanya Mahāprabhu, Īśāna. Caitanya Mahāprabhu voulait lui donner une bénédiction. C'était un homme très pauvre. Même son toit, son toit de...
mardi, juin 11, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.54 - Vṛndāvana, 9 avril 1976 Si l'on étudie le monde entier à l'heure actuelle, on constate qu'il ne croit pas en l'âme. Ils ne croient pas à la transmigration de l'âme d'un corps à l'autre. Même les grands professeurs, les...
lundi, juin 10, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.41 - Māyāpura, 19 mars 1976 Ce n'est qu'un médicament. Pour se libérer de l'infection, ce harer nāma est le seul médicament, bhavauṣadhi. Auṣadhi signifie médicament. Parīkṣit Mahārāja a dit, harer nāma , ce chant de Hare...