Sélectionnez votre langue

Connexion

bg.2.70(46)

SRIMAD BHAGAVATAM - CHANT 8 CHAPITRE 24 VERSET 52

tvam sarva-lokasya suhrt priyesvaro
hy atma gurur jnanam abhista-siddhih
tathapi loko na bhavantam andha-dhir
janati santam hrdi baddha-kamah

TRADUCTION

O Seigneur, Tu es le bienfaiteur suprême de tous les êtres, l'ami le plus cher, le maître, l'Ame Suprême, le précepteur suprême, Celui qui confère la connaissance suprême et qui comble tous les désirs. Cependant, bien que Tu sois présent dans son coeur, l'insensé, à cause des désirs matériels qui s'y trouvent aussi, ne peut Te connaître.

TENEUR ET PORTEE

Ce verset explique le pourquoi de la sottise. L'âme conditionnée dans le monde matériel nourrit d'innombrables désirs matériels, et de ce fait ne peut connaître Dieu, la Personne Suprême, bien qu'Il soit présent dans le coeur de chacun (isvarah sarva-bhutanam hrd-dese rjuna tisthati). C'est à cause de cette sottise que l'on ne peut suivre les instructions du Seigneur, bien qu'Il soit disposé à instruire chacun à la fois de l'intérieur et de l'extérieur. Le Seigneur dit: dadami buddhi-yogam tam yena mam upayanti te. En d'autres termes, Il peut nous donner des instructions sur le service de dévotion, grâce auquel nous pourrons regagner notre demeure originelle, auprès de Lui. Malheureusement, la masse des gens n'adopte pas ce service de dévotion. Le Seigneur, demeurant dans le coeur de chacun, peut donner toutes les instructions nécessaires pour retourner à Lui, dans le monde spirituel, mais à cause de la concupiscence l'homme se consacre à des activités matérielles et ne Le sert pas. Ainsi se prive-t-il du bienfait des instructions du Seigneur. On peut comprendre par la spéculation intellectuelle que l'on n'est pas le corps mais plutôt une âme spirituelle; cependant, à moins de pratiquer le service de dévotion, on ne parviendra jamais à atteindre le but réel de la vie, qui est de retourner à Dieu, dans notre demeure originelle, et de vivre avec le Seigneur Suprême pour jouer, danser et manger avec Lui. Ce sont là différents aspects de l'ananda, le bonheur spirituel expérimenté dans la variété spirituelle. Même si l'on parvient au niveau du brahma-bhuta et si l'on comprend son identité spirituelle grâce au savoir spéculatif, on ne peut savourer la vie spirituelle sans connaître Dieu, la Personne Suprême. C'est ce qu'indique ici le mot abhista-siddhih. Il n'est possible d'atteindre le but ultime de la vie que si on adopte le service de dévotion. Le Seigneur donne alors des instructions appropriées pour Le rejoindre dans le monde spirituel, notre demeure originelle.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

jeudi, mai 23, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.30 - Māyāpur, 8 mars 1976 En fait, tout est le même Kṛṣṇa . Dans la Bhagavad-gītā , il est expliqué que aham... Qu'est-ce que c'est ? Mayā tatam idam. Mayā tatam idaṁ sarvam. Sarvam, tout. Tout est élargi. Mayā tatam idam....
mercredi, mai 22, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.40 - Māyāpur, 18 mars 1976 Nous devons donc purifier nos sens. Si nous ne purifions pas nos sens, nous serons perturbés par les exigences des sens - d'un côté, la langue ; d'un côté, l'oreille ; d'un côté, les yeux ; d'un...
mardi, mai 21, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.40 - Māyāpur, 18 mars 1976 Je suis donc le maître... Je ne suis pas maître, je suis serviteur de la langue. Ensuite, juste sous le ventre, il y a un organe génital. Il l'a utilisé avec sa femme, et pourtant, il va chez la...
lundi, mai 20, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.39 - Māyāpur, 17 mars 1976 Prahlāda Mahārāja a dit la même chose à un autre endroit. Lorsque son père lui a demandé : « Quelle est la meilleure chose que tu aies apprise à l'école, mon cher garçon ? », il s'est immédiatement...