Le Seigneur Suprême et l'être distinct participent d'une même nature au point de vue qualitatif. Le Seigneur est l'Etre spirituel suprême, l'Ame Suprême, et l'être vivant, lui, est une âme spirituelle distincte. Bien qu'à l'origine tous deux soient des entités purement spirituelles, l'âme distincte oublie cette identité lorsqu'elle entre en contact avec la nature matérielle et, y devient conditionnée. Elle croit alors être un produit de la nature matérielle, A cause du corps qui l'enveloppe, elle oublie qu'elle est éternelle et qu'elle représente une partie infime de Dieu, la Personne Souveraine. C'est ce que confirme le verset suivant: mamaivamso jiva-loke jiva-bhutah sanatanah. Le mot sanatana se retrouve en plusieurs endroits de la Bhagavad-gita. Ensemble, le Seigneur et l'être distinct sont sanatanas (éternels), et 1'on trouve également un lieu nommé sanatana au-delà de la nature matérielle.

C'est ce royaume sanatana, non l'univers matériel, qui constitue la véritable demeure de Dieu et de l'être distinct. L'univers matériel appartient à l'énergie externe et transitoire du Seigneur; l'être, vivant, lui, est mis en ce monde à cause de son désir d'imiter Dieu, la Personne Souveraine, et il s'efforce de satisfaire ses sens du mieux qu'il le peut. Toutes les activités de l'âme conditionnée en ce monde se déroulent sans fin dans divers corps successifs, mais lorsqu'elle développe sa conscience, elle doit tenter de rectifier sa position de manière à réintégrer le monde spirituel. Et c'est le bhakti-yoga -parfois appelé sanatana-dharma- qui constitue le processus grâce auquel l'âme peut retourner en sa demeure originelle, auprès de Dieu. Au lieu de nous consacrer à une occupation temporaire fondée sur le corps matériel, il nous faut adopter la voie du sanatana-dharma, ou bhakti-yoga, ainsi pourrons-nous mettre un terme à l'asservissement perpétuel qui nous garde prisonnier du corps matériel et retourner en notre demeure originelle, auprès de Dieu. Tant que la société poursuit ses activités en partant d'une identification erronée à la matière, tous les prétendus progrès de la science et de la philosophie restent tout simplement vains; ils ne serviront qu'à égarer davantage les hommes. Dans ce monde, il n'y a que des aveugles dirigés par d'autres aveugles.

Tiré du Srimad-Bhagavatam. (Chant 4.28.61)

 

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare