SRIMAD BHAGAVATAM - CHANT 7 CHAPITRE 6 VERSET 16

vidvan apittham danujah kutumbam
pusnan sva-lokaya na kalpate vai
yah sviya-parakya-vibhinna-bhavas
tamah prapadyeta yatha vimudhah

TRADUCTION

Mes amis, fils d'asuras, dans cet univers matériel, même ceux qui semblent posséder un haut niveau d'instruction ont tendance à penser: "Ceci est à moi, et cela est pour les autres." Ils s'emploient sans fin à pourvoir aux besoins du cercle restreint de ceux qu'ils considèrent comme leur famille, comme c'est d'ailleurs le cas pour les chats et les chiens, dépourvus de toute instruction. Ils sont incapables de saisir le savoir spirituel; au contraire, ils restent dans la confusion et l'ignorance.

TENEUR ET PORTEE

Dans la société humaine, on s'efforce d'éduquer les gens, mais chez les animaux, il n'existe aucune institution à cette fin car, les animaux ne peuvent être éduqués. C'est pourquoi les animaux et les hommes privés d'intelligence sont dits vimudhas, ou ignorants, illusionnés, par contraste avec les êtres instruits, qualifiés de vidvan. Le véritable vidvan est celui qui s'efforce de comprendre sa propre position dans cet univers matériel. A titre d'exemple, lorsque Sanatana Gosvami s'abandonna aux pieds pareils-au-lotus de Sri Caitanya Mahaprabhu, sa première question fut 'ke ami', 'kene amaya jare tapa-traya'; autrement dit, il désirait connaître sa nature originelle et éternelle, ainsi que la raison d'être des trois sortes de souffrance inhérentes à l'existence matérielle. Tel est le véritable processus de l'éducation. Si quelqu'un ne se demande pas "Qui suis-je? Quel est le but de mon existence?", mais adopte au contraire les même habitudes animales que les chats et les chiens, à quoi lui sert son éducation? Pour reprendre l'image du verset précédent, l'être vivant s'enchaîne par ses actes intéressés, de la même façon que le ver à soie s'emprisonne dans le cocon qu'il a lui-même tissé. Les gens dépourvus de bon sens sont généralement asservis par leurs actes intéressés (karma) à cause de leur intense désir de jouir de cet univers matériel. Séduits comme ils le sont par les plaisirs matériels, ils se trouvent impliqués dans la vie sociale, communautaire et nationale, et gaspillent ainsi leur temps sans avoir profité de la forme humaine qu'ils ont obtenue. Tout particulièrement dans l'âge où nous vivons, le kali-yuga, les dirigeants importants, les politiciens, les philosophes et les hommes de science se livrent tous à des actes insensés, en pensant: "Ceci est à moi, et cela est à vous." Les savants inventent des armes nucléaires et collaborent avec les grands dirigeants pour protéger les intérêts de leur propre nation ou de la société dans laquelle ils vivent. Cependant, notre verset déclare clairement qu'en dépit de toutes leurs prétendues connaissances, ils possèdent en fait la même mentalité que les chats et les chiens. Ces animaux, comme les autres, ignorent leur véritable intérêt dans la vie, et s'enlisent de plus en plus profondément dans l'ignorance; de même, les hommes qui se disent instruits mais qui ignorent leur intérêt véritable ou le but réel de l'existence, ne font que s'enliser toujours davantage dans le matérialisme. C'est pourquoi Prahlada Maharaja recommande à tous de se conformer aux principes du varnasrama-dharma, et tout spécialement de renoncer à la vie de famille le moment venu pour adopter l'ordre du renoncement, cultiver le savoir spirituel et par là atteindre la libération. C'est ce qu'expliquent en détail les versets qui suivent.

Mois de Damodara:
Voir l'histoire en cliquant ici:

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare