M. Fred Hoyle l'astrophysicien britannique est mort il y a quelques années à l'âge de 86 ans. Il avait remis en cause plusieurs théories cosmologiques répandues.

Parmi ces théories, celle d'une énorme explosion au début de la création du cosmos il y a de cela 12 000 millions d'années. Il l'avait baptisée «Big Bang». Il penchait aussi à une autre théorie selon laquelle le cosmos n'aurait pas de commencement.

La théorie du Big-Bang est issue de la théorie de la relativité générale, théorie conçue par le physicien - allemand naturalisé américain, et qui n'est plus à présenter - Albert Einstein.

Le terme Big-Bang - qui signifie littéralement Grand Boom - a été inventé par M. Fred Hoyle qui était - et est toujours d'ailleurs - un fervent opposant à cette théorie. Venant de lui, Big-Bang a donc une connotation ironique et péjorative, mais il se trouve que le nom est resté. (sans doute a-t-il plu aux journalistes en quête de titres accrocheurs...).

Ancien président de la Société royale d'astronomie, M. Hoyle était également un écrivain reconnu de science fiction. Parmi ses livres citons: Le nuage noir en 1957 et son classique A d'Andromède en 1962, qui avait été adapté à la télévision.

Comme M. Hoyle nous n'acceptons pas cette théorie, mais affirmons que ce monde est l'oeuvre de Dieu. Ceux qui n'acceptent pas que Dieu existe, lorsque nous parlons de création, croient à la théorie du hasard alors que les dévots croient en l'intervention de Krishna.

Srimad Bhagavatam: 8. 23. 29
Quiconque est sujet à la mort ne peut estimer les gloires de Dieu, la Personne Suprême, pas plus qu'il ne peut dénombrer les atomes de la Terre entière. Aucune créature ayant déjà vu le jour ou susceptible de naître dans le futur n'en est capable. Voilà ce que le grand sage Vasistha a dit dans ses hymnes.

Personne ne peut estimer l'ampleur des prouesses extraordinaires de Krishna. Malheureusement, de prétendus savants pouvant mourir à chaque instant essaient néanmoins de comprendre par la spéculation la merveilleuse création du cosmos: tentative insensée. Il y a très longtemps, Vasistha Muni disait que nul par le passé n'a pu mesurer les gloires du Seigneur et que personne ne pourra non plus le faire dans l'avenir. Il faut simplement être satisfait de voir les œuvres glorieuses de la création du Seigneur Suprême.

Celui-ci affirme à ce sujet dans la Bhagavad-gîta (10.42): vistabhyaham idam krtsnam ekamsena sthito jagat —"Par une simple parcelle de Ma Personne, Je pénètre et soutiens l'univers entier." Le monde matériel se compose d'innombrables univers, emplis chacun d'innombrables planètes, qui sont tous produits par l'énergie matérielle de Dieu, la Personne Suprême. Ceci ne représente pourtant que le quart de Sa création. Le monde spirituel en constitue les trois autres quarts. Parmi les innombrables planètes d'un seul univers, les prétendus savants ne peuvent même pas connaître vraiment ne serait-ce que la Lune et Mars, et cependant ils essaient de défier la création du Seigneur Suprême et Son énergie extraordinaire: de tels hommes ont été qualifiés de fous. Nûnam pramattah kurute vikarma (S.B., 5.5.4). Ces fous perdent du temps, de l'énergie et de l'argent en essayant de défier les Actes glorieux de Dieu, la Personne Suprême.

Par Aprakrita dasa

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare