A la naissance, nous sommes entièrement dépendants de nos parents. Tous décident pour nous. Ensuite, nous allons à l'école pour apprendre à écrire et lire et différentes autres matières. Vient le temps où nous devons travailler pour gagner son existence. Pendant de longues années nous serons forcés à se maintenir et prendre soin des enfants que nous avons procréés. Chaque année, nous aurons quelques semaines de vacances bien méritées. Graduellement, nos enfants partiront de la maison, et eux aussi feront la même chose que nous.

 

Il en en sera ainsi, jusqu'à l'âge de 65 ans où finalement nous prendrons notre retraite. Nous nous rendrons à l'âge de 70 ou 75 ans pour nous rendre compte que la vie a passé très vite et que nous approchons de la fin. Nous avons pendant ces années travailler pensant que le but était de faire de l'argent pour se maintenir et aussi la famille. Maintenant, que la mort n'est pas si loin nous constatons que le but poursuivi pendant ces années était vain. Valait-il la peine de vivre tant d'années pour  reconnaître que nous avons perdu notre temps à courir pour des plaisirs qui ne durent pas. Nous sommes aussi insatisfaits qu'au début et nous sommes toujours à la recherche du bonheur.

 

Ephémères, joies et peines, comme étés et hivers, vont et viennent, ô fils de Kunti. Elles ne sont dues qu'à la rencontre des sens avec la matière, ô descendant de Bharata, et il faut apprendre à les tolérer, sans en être affecté.
Bhagavad-gita: 2.14

Tous ces plaisirs pour lesquels nous avons mis tant d'efforts n'existent plus. Nous avons perdu au cours de ces années des êtres qui nous étaient chers, des amis, des parents, des relations. Jusqu'au jour où la mort coupera avec ceux qui restent encore, les liens nous unissant. Dans la prochaine vie, nous recommencerons tout ce que nous avons fait en cette présente vie. Il en sera de même pour toutes les autres vies et ce sans possibilité de tout arrêter. C'est ce que nous appelons en sanskrit le samsara ou le tourbillon des morts et renaissances. Nous prendrons au cours de ces naissances parfois un corps humain et aussi parfois un corps animal et ce dans un cycle sans fin. Mort-naissance, mort-naissance, mort-naissance, mort-naissance...

Libres à vous, de continuer ainsi pour des millions et des millions de vies, mais pour ceux qui voudraient cesser ce processus, il vous faut réciter le maha-mantra et accepter un maître spirituel authentique qui vous indiquera la marche à suivre pour vous libérer de ce cycle sans fin.

Cherche à connaître la vérité en approchant un maître spirituel; enquiers toi d'elle auprès de lui avec soumission, et tout en le servant. L'âme réalisée peut te révéler le savoir, car elle a vu la vérité.
Bhagavad-gita: 4.34

Si vous voulez connaître les mathématiques, il vous faut accepter un professeur dans cette matière, si vous voulez connaître la spiritualité, alors il vous faut accepter un professeur ou maître spirituel. En lisant les livres de Srila Prabhupada qui est un représentant authentique vous l'acceptez comme votre maître spirituel et ainsi vous progresserez d'un pas certain qui vous mènera à la libération du samsara ou cycle des morts et renaissances.

Est-ce vraiment nécessaire de mourir et renaître encore et encore? C'est à vous de décider.

Par Aprakrita dasa.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare