La nature même de l'être distinct veut qu'il serve un autre, à lui supérieur ; Ainsi, toute âme conditionnée se voit contrainte d'obéir à l'énergie matérielle illusoire, qui lui dicte, sous différentes formes et à différents degrés, de satisfaire ses sens. L'âme conditionnée ne se lasse jamais de ce travail, et si elle vient à le faire, l'énergie illusoire n'en continue pas moins de l'y contraindre, la condamnant ainsi à une insatisfaction perpétuelle. Car, il n'est point de fin à la poursuite des plaisirs sensuels, dont l'âme conditionnée devient l'esclave, sans aucun espoir de délivrance. Seule l'affranchira de cette servitude la compagnie de purs bhaktas. A leur contact, peu à peu elle retrouvera sa conscience spirituelle, et comprendra que sa position éternelle est de servir le Seigneur, et non des sens pervertis qui la livrent à la concupiscence, la colère et la soif de domination. Le lien social, l'amitié et l'amour matériels sont différentes manifestations de la concupiscence. Le foyer, la patrie, la famille, la collectivité, les richesses et tout ce qui leur est lié sont causes d'enchaînement à l'univers matériel, dans lequel l'existence est marquée par les souffrances venues des trois sources.

Celui qui entre au contact de purs bhaktas et leur prête une oreille soumise, désormais subjugué par un attrait croissant pour l'écoute des activités spirituelles et absolues du Seigneur, voit son attachement aux plaisirs matériels se relâcher. Une fois que cet attrait a pris naissance, il ne cesse pas de croître, comme le feu dans une trainée de poudre. Il est dit que Sri Hari, Dieu, la Personne Suprême, exerce une telle fascination que même les âmes réalisées, satisfaites en elles-mêmes et déjà libres de tout asservissement à la matière, se font bhaktas. Sachant cela, il n'est pas difficile d'imaginer la condition des Pandavas, compagnons de chaque instant du Seigneur, au moment de Le quitter. La pensée même d'une éventuelle séparation leur était impossible, tant la présence constante du Seigneur auprès d'eux avait rendu intense leur attachement pour Lui.

A vrai dire, les sentiments liés à la séparation ne furent chez les Pandavas en rien moindres que ceux qu'avaient éprouvés les gopis à Vrndavana. Cependant, le Seigneur étant absolu, être éloigné de Lui a même valeur qu'être à Ses côtés. Le souvenir du Seigneur, à travers Sa Forme, Ses Attributs, Son Nom, Sa Renommée, Ses Divertissements.... exerce lui aussi un attrait irrésistible sur le pur bhaktas, qui en oublie tous les noms, formes, attributs, renommées et activités de ce monde; en vérité, par son contact mûri avec d'autres purs bhaktas, il n'est jamais séparé du Seigneur, même pour un instant.
(S.B. 1.10.11-12)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare