Les calculs astrologiques grâce auxquels on détermine les influences stellaires agissant sur un être, selon le moment et le lieu de sa naissance, ne relèvent pas de l'imagination ; ils constituent, comme le confirme ici le Srimad-Bhagavatam, texte des plus autorisés, une science sûre. Tout être incarné subit, à chaque instant de son existence, l'influence des lois de la nature, tout comme l'habitant d'un Etat obéit aux lois qui le régissent. Les obligations auxquelles nous contraignent les lois de l'Etat nous sont immédiatement perceptibles, tandis que les lois de la nature matérielle, beaucoup plus subtiles, échappent à notre perception directe. Comme l'enseigne la Bhagavad-gita, chaque action accomplie au cours de notre existence provoque une conséquence par laquelle nous sommes liés ; seuls ceux qui agissent en vue de la satisfaction de Yajna, ou Visnu, sont libres des chaînes du karma. Nos actions sont jugées par des autorités supérieures décidant au nom du Seigneur, et qui nous accordent en fonction de ces actes un corps particulier. Si pénétrantes sont les lois de la nature que toutes les parties de notre corps sont influencées par les astres ; chaque corps, ou "champ d'action ", que reçoit l'être conditionné lui échoit pour un temps d'incarcération déterminé, sous des conditions astrales bien précises. La destinée d'un homme est donc tracée dès l'instant de sa naissance, selon les constellations qui prédominent alors, et un astrologue érudit peut dresser à cet instant même l'horoscope où s'inscrit la destinée du nouveau-né. Il s'agit là d'une grande science, dont malheureusement on mésuse aujourd'hui ; mais l'abus n'en réduit en rien la valeur d'une juste application.

De grands personnages comme Maharaja Pariksit, et même le Seigneur Suprême, paraissent en ce monde alors que prédominent dans le ciel des configurations d'étoiles au caractère particulièrement favorable, dont l'heureuse influence se reporte sur l'être apparu à un tel moment. La plus propice de toutes paraît dans le ciel quand le Seigneur descend dans l'univers matériel ; on la nomme jayanti, et elle ne se produit que pour cet événement. Maharaja Pariksit, outre qu'il allait devenir un grand empereur ksatriya, était déjà un grand dévot du Seigneur, et ne pouvait donc prendre naissance à un moment défavorable. Tout comme on choisit un lieu approprié et un temps opportun pour recevoir un noble personnage, il faut un moment convenable pour accueillir une personnalité de la grandeur de Maharaja Pariksit, sur qui veillait personnellement le Seigneur Suprême; toutes les étoiles propices s'assemblèrent donc pour répandre sur le roi naissant les influences grâce auxquelles il devint le grand héros célébré par le Srimad-Bhagavatam.

La coordination de ces influences astrales ne dépend jamais de la volonté humaine, mais repose dans les mains d'autorités supérieures, d'agents du Seigneur Suprême. Et bien entendu, les influences prédominantes au moment de la naissance sont déterminées en fonction des actes passés, bons ou mauvais, de l'être qui s'incarne. De là vient l'importance des actes vertueux et coupables accomplis par l'être au cours de ses existences. Ainsi, ce n'est que par des actes pieux que seront obtenus grandes richesses, bonne éducation ou traits corporels harmonieux. Les samskaras prescrits par l'école du sanatana-dharma contribuent très fortement à créer une atmosphère favorable à d'heureuses influences astrales; c'est pourquoi le garbhadhana-samkara, le sacrifice purificatoire prescrit pour les membres des varnas supérieurs avant d'introduire la semence dans la matrice, représente le premier des actes de vertu destiné à faire naître, dans la société, une classe d'hommes nobles, pieux et intelligents, population saine et vertueuse seule capable de donner au monde paix et prospérité. Au contraire, la société n'est troublée, plongée dans des conditions infernales, que par la nature issue d'une population indésirable, issue à l'assouvissement immodéré des désirs charnels.
(S.B. 1.12.12)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare