sri-badarayanir uvaca
evam vyavasito buddhya
samadhaya mano hrdi
jajapa paramam japyam
prag-janmany anusiksitam

TRADUCTION

Sri Sukadeva Gosvami poursuivit:
Ensuite, Gajendra, le roi des éléphants, concentra son mental sur son coeur, en toute intelligence. Il récita un mantra qu'il avait appris dans sa vie antérieure alors qu'il était lndradyumna, et dont il se souvint par la grâce de Krsna.

TENEUR ET PORTEE

La Bhagavad-gita (6.43-44) traite de ce genre de réminiscence:

tatra tam buddhi-samyogam
labhate paurva-dehikam
yatate ca tato bhuyah
samsiddhau kuru-nandana

purvabhyasena tenaiva
hriyate hy avaso pi sah

Ces versets affirment que si une personne pratiquant le service de dévotion vient à tomber, elle n'est pas déchue pour autant mais se trouve placée dans une situation qui lui permettra en temps voulu de se souvenir de Dieu, la Personne Suprême. Nous verrons plus loin que Gajendra était auparavant le roi Indradyumna et que d'une façon ou d'une autre, dans sa vie suivante, il devint le roi des éléphants. Or, Gajendra était maintenant en danger, et bien qu'il ne se trouvât pas dans un corps humain, il se souvint du stotra qu'il avait récité dans sa vie antérieure. Yatate ca tato bhuyah samsiddhau kuru-nandana. Afin de permettre à un être vivant d'atteindre la perfection, Krsna lui donne à nouveau l'occasion de se souvenir de Lui. La preuve nous en est donnée ici: Gajendra, le roi des éléphants, était dans une situation périlleuse, mais ce fut pour lui une occasion de se rappeler ses activités dévotionnelles passées et d'être ainsi sauvé sur-le-champ par Dieu, la Personne Suprême.

Il est donc impératif que tous les bhaktas au sein du Mouvement pour la Conscience de Krsna pratiquent la récitation d'un mantra. On doit assurément réciter le mantra Hare Krsna, qui est le maha-mantra, ou "grand mantra", mais l'on doit aussi réciter régulièrement cintamani-prakara-sadmasu ou le Nrsimha stotra (ito nrsimhah parato nrsimho yato yato yami tato nrsimhah). Chaque bhakta doit apprendre à réciter un mantra à la perfection, de telle sorte que même s'il n'atteint pas à une conscience spirituelle parfaite dans cette vie, il n'oubliera pas la conscience de Krsna lors de sa prochaine vie, même s'il devient un animal. Bien entendu, un bhakta doit s'efforcer de parfaire sa conscience de Krsna dans la présente vie, car la seule compréhension de Krsna et de Ses instructions permet de retourner en notre demeure originelle auprès de Dieu, la Personne Suprême, en quittant ce corps. Même en cas d'échec, la pratique de la conscience de Krsna n'est jamais en vain. Ajamila, par exemple, apprit dans son enfance à chanter le Nom de Narayana, guidé par son père. Plus tard, il démérita et devint un ivrogne, un débauché, un bandit et un voleur. Néanmoins, pour avoir prononcé le Nom de Narayana en appelant son fils nommé ainsi, il atteignit un haut niveau de conscience spirituelle bien qu'il se fût livré à des activités pécheresses. Quelles que soient les circonstances, nous ne devons donc jamais oublier le chant du mantra Hare Krsna. Cela nous aidera au sein des pires dangers, comme ce fut le cas pour Gajendra.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare