yavan nr-kaya-ratham atma-vasopakalpam
dhatte garistha-caranarcanaya nisatam
jnanasim acyuta-balo dadhad asta-satruh
svananda-tusta upasanta idam vijahyat

TRADUCTION

Tant que l'être est obligé d'occuper un corps matériel, avec ses différentes parties et ses constituants dont il n'est pas entièrement maître, il doit demeurer attaché aux pieds pareils-au-lotus de ses supérieurs, à savoir son maître spirituel et les prédécesseurs de celui-ci. Grâce à leur miséricorde, il peut aiguiser le glaive de la connaissance, et avec la puissance de Dieu, la Personne Suprême, il doit alors vaincre les ennemis mentionnés plus haut. De cette façon, le bhakta doit pouvoir s'immerger dans sa propre félicité transcendantale, et quitter alors son corps pour retrouver son identité spirituelle.

TENEUR ET PORTEE

Le Seigneur dit dans la Bhagavad-gita (4.9):

janma karma ca me divyam
evam yo vetti tattvatah
tyaktva deham punar janma
naiti mam eti so rjuna

Celui, ô Arjuna, qui connaît l'absolu de Mon Avènement et de Mes Actes n'aura plus à renaître dans cet univers matériel; en quittant son corps, il atteindra Mon royaume éternel." Telle est la plus haute perfection de la vie; or, le corps humain est conçu pour remplir ce dessein. Le Srimad-Bhagavatam (11.20.17) mentionne à ce propos:

nr-deham adyam sulabham sudurlabham
plavam sukalpam guru-karnadharam
mayanukulena nabhasvateritam
puman bhavabdhim na taret sa atma-ha

Le corps humain est un navire très précieux; le maître spirituel, qui en est le commandant (guru-karnadharam), est chargé de le guider dans la traversée de l'océan d'ignorance. L'instruction de Krsna est un vent favorable. Il faut profiter de toutes ces facilités pour franchir cet océan, et servir très sincèrement le maître spirituel puisqu'il est le commandant; ainsi, grâce à sa miséricorde, il sera possible d'obtenir la grâce du Seigneur Suprême.

Le mot acyuta-balah est ici particulièrement important. Le maître spirituel témoigne assurément beaucoup de miséricorde à ses disciples, et, par suite, en lui donnant satisfaction le bhakta reçoit de la force de Dieu, la Personne Suprême. Sri Caitanya Mahaprabhu dit aussi: guru-krsna-prasade paya bhakti-lata-bija -il faut avant tout satisfaire le maître spirituel pour ainsi satisfaire automatiquement Krsna et obtenir de Lui la force nécessaire pour traverser l'océan de l'ignorance. Quiconque désire réellement retourner dans sa demeure originelle, auprès du Seigneur, doit pour cela devenir suffisamment fort en faisant plaisir à son maître spirituel; c'est en effet ainsi qu'il acquerra l'arme avec laquelle il pourra vaincre l'ennemi et qu'il obtiendra en outre la miséricorde de Krsna. Simplement obtenir l'arme du jnana est insuffisant. Il faut aiguiser cette arme en servant le maître spirituel et en obéissant à ses instructions. Le candidat obtient alors la miséricorde de Dieu, la Personne Suprême. Au combat, le guerrier doit s'aider de son char et de ses chevaux pour vaincre ses ennemis, mais après leur défaite, le char et ses accessoires peuvent être abandonnés. De même, tant que nous possédons un corps humain, nous devons en user pleinement afin d'atteindre la perfection suprême de la vie, à savoir rentrer chez nous, auprès de Dieu.

La connaissance la plus parfaite consiste certainement à parvenir à un niveau transcendantal (brahma-bhuta). Comme le Seigneur l'affirme dans la Bhagavad-gita (18.54):

brahma-bhutah prasannatma
na socati na kanksati
samah sarvesu bhutesu
mad-bhaktim labhate param

"Celui qui atteint le niveau transcendantal réalise du même coup le Brahman Suprême, et y trouve une joie infinie. Jamais il ne s'afflige, ni n'aspire à quoi que ce soit; il se montre également disposé envers tous les êtres. Celui-là obtient alors de Me servir avec une dévotion et un amour purs." La simple recherche du savoir, ainsi que les impersonnalistes la pratiquent, ne permet pas de se libérer de l'emprise de maya. Il faut atteindre le stade de la bhakti.

bhaktya mam abhijanati
yavan yas casmi tattvatah
tato mam tattvato jnatva
visate tad-anantaram

"Par l'intermédiaire du service de dévotion, et seulement ainsi, on peut Me connaître tel que Je suis. Et l'être qui, par une telle dévotion, devient pleinement conscient de Ma Personne, entre alors dans Mon royaume absolu." (B.g.,18.55) Tant que l'on n'a pas atteint le stade du service de dévotion et obtenu la miséricorde du maître spirituel et de Krsna, on risque de déchoir et de devoir réintégrer un corps matériel. Krsna insiste donc sur ce point dans la Bhagavad-gita (4.9):

janma karma ca me divyam
evam yo vetti tattvatah
tyaktva deham punar janma
naiti mam eti so rjuna

"Celui, ô Arjuna, qui connaît l'absolu de Mon Avènement et de Mes Actes n'aura plus à renaître dans cet univers matériel; en quittant son corps, il atteindra Mon royaume éternel."

Le mot tattvatah, qui signifie "en réalité", est très important. Tato mam tattvato jnatva. A moins de connaître vraiment Krsna grâce à la miséricorde du maître spirituel, nous ne sommes pas libres d'abandonner notre corps matériel. Le Srimad-Bhagavatam dit à ce propos: aruhya krcchrena param padam tatah patanty adho nadrta-yusmad-anghrayah -si l'on néglige de servir les pieds pareils-au-lotus de Krsna, on ne peut se libérer des contraintes matérielles simplement par la connaissance. Même si l'on atteint le niveau du brahma-padam en se fondant dans le Brahman, sans bhakti on reste enclin à tomber. Il faut faire très attention au danger de retomber sous l'emprise de la matière. La seule sécurité consiste à accéder au niveau de la bhakti, d'ou l'on est sûr de ne pas déchoir. On se libère alors des activités inhérentes à l'univers matériel. En résumé, comme le déclare Sri Caitanya Mahaprabhu, il faut entrer en contact avec un maître spirituel authentique appartenant à la parampara de la conscience de Krsna, car sa miséricorde et ses instructions permettent d'obtenir de la force de Krsna. C'est ainsi que l'on s'engage sur la voie du service de dévotion et que l'on arrive au but ultime de la vie, les pieds pareils-au-lotus de Visnu.

Les mots jnanasim acyuta-balah de ce verset doivent être approfondis. Jnanasim, le glaive de la connaissance est accordé par Krsna, et Balarama donne de la force à celui qui sert le guru et Krsna afin de bien tenir le glaive des instructions du Seigneur. Balarama est Nityananda. Vrajendra-nandana yei, saci-suta haila sei, balarama ha-ila nitai. Ce bala (Balarama) apparaît avec Sri Caitanya Mahaprabhu, et tous deux sont si miséricordieux qu'en l'âge de Kali il est facile de trouver refuge à Leurs pieds pareils-au-lotus. Ils viennent spécialement pour délivrer les âmes déchues de cet âge. Papi tapi yata chila, hari-name uddharila. Leur arme est le sankirtana, le hari-nama. Il faut ainsi recevoir de Krsna l'épée de la connaissance, et par la miséricorde de Balarama, la force: c'est pourquoi nous adorons Krsna-Balarama à Vrndavana. La Mundaka Upanisad (3.2.4) déclare:

nayam atma bala-hinena labhyo
na ca pramadat tapaso vapy alingat
etair upayair yatate yas tu vidvams
tasyaisa atma visate brahma-dhama

Le but de la vie ne peut être atteint sans la miséricorde de Balarama. Sri Narottama Dasa Thakura dit à ce propos: nitaiyera karuna habe, vraje radha-krsna pabe -avec la miséricorde de Balarama, il est très facile d'atteindre les pieds pareils-au-lotus de Radha et de Krsna.

se sambandha nahi yara, brtha janma gela tara,

vidya-kule hi karibe tara

Un érudit très savant, un jnani, ou une personne née dans une famille très respectable, ne sera aidé en rien par ces atouts s'il n'a aucun lien avec Nitai, Balarama. Nous devons donc vaincre les ennemis de la conscience de Krsna avec la force reçue de Balarama.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare