SRIMAD BHAGAVATAM - CHANT 6 CHAPITRE 4 VERSET 44

prito ham te praja-natha
yat te syodbrmhanam tapah
mamaisa kamo bhutanam
yad bhuyasur vibhutayah

TRADUCTION

Mon cher Prajapati Daksa, tu as accompli de très grandes austérités pour le bien-être et l'accroissement de la population universelle. Sache que Je désire également voir heureux tous les êtres de ce monde. Je suis donc très satisfait de toi, car tu t'efforces de combler Mon désir pour le plus grand bien de l'univers.

TENEUR ET PORTEE

Chaque fois qu'est anéanti le cosmos matériel, tous les êtres vivants trouvent refuge dans le Corps de Karanodakasayi Visnu, et lorsqu'à nouveau s'opère la création, ils sortent de Son Corps sous différentes formes afin de reprendre leurs activités. On pourrait se demander pourquoi les êtres vivants sont ainsi plongés dans l'existence conditionnée pour y connaître les trois formes de souffrances que leur impose la nature matérielle. Or, le Seigneur dit ici à Daksa: "Tu aspires au bien-être de tous les êtres distincts; c'est là également Mon désir." Les êtres qui viennent dans l'univers matériel doivent être corrigés; tous les habitants de ce monde se sont en effet révoltés contre le service du Seigneur, si bien qu'ils doivent demeurer ici-bas dans un conditionnement perpétuel (nitya-baddha) et y renaître sans fin. Ils ont, bien entendu, la possibilité d'être libérés, mais les âmes conditionnées, ne sachant pas profiter de cette chance qui leur est offerte, continuent à rechercher les plaisirs des sens. Elles doivent alors, en guise de châtiment, naître et mourir de façon répétée. Telle est la loi de la nature. Le Seigneur dit à ce propos dans la Bhagavad-gita (VII.14):

daivi hy esa gunamayi
mama maya duratyaya
mam eva ye prapadyante
mayam etam taranti te

"L'energie que constituent les trois gunas, cette énergie divine qui est Mienne, on ne peut, sans mal, la dépasser, mais qui s'abandonne à Moi en franchit facilement les limites." Ailleurs dans la Bhagavad-gita (XV.7), le Seigneur déclare encore:

mamaivamso jiva-loke
jiva-bhutah sanatanah
manah sasthanindriyani
prakrti-sthani karsati

"Les êtres, dans le monde des conditions, sont des fragments éternels de Ma Personne. Mais parce qu'ils sont conditionnés, ils luttent avec acharnement contre les six sens et, parmi eux, le mental." La lutte que doit mener l'être distinct pour sa subsistance en ce monde matériel est le résultat de sa nature rebelle. Et à moins de s'abandonner à Krsna, il doit continuer ce combat.

Le Mouvement pour la Conscience de Krsna n'a rien d'une lubie de fantaisiste; il s'agit d'un mouvement authentique, destiné à assurer le bien-être de toutes les âmes conditionnées en s'efforçant de les élever au niveau de la conscience de Krsna. Quiconque n'atteint pas ce niveau doit poursuivre à jamais son existence matérielle, tantôt sur les planètes supérieures, tantôt sur les planètes inférieures. Comme le confirme le Caitanya-caritamrta (Madhya 20.118): kabhu svarge uthaya kabhu narake dubaya —tantôt l'âme conditionnée sombre dans l'ignorance, tantôt elle éprouve quelque soulagement, lorsqu'elle s'en affranchit partiellement. Telle est la vie de l'être prisonnier de ce monde.

Prajapati Daksa cherche à aider les âmes conditionnées en les faisant naître en ce monde tout en leur donnant la possibilité d'accéder à la libération. Or, la libération implique l'abandon à Krsna. Pour celui qui met au monde des enfants dans le but de leur apprendre à s'abandonner à Krsna, la paternité est une très bonne chose. Pareillement, lorsque le maître spirituel instruit les âmes conditionnées de telle sorte qu'elles deviennent conscientes de Krsna, il remplit son rôle avec succès. Si quelqu'un donne aux êtres de ce monde la possibilité de devenir conscients de Krsna, toutes ses activités sont approuvées par le Seigneur Souverain, qui Se montre alors extrêmement satisfait, ainsi que nous le voyons dans ce verset (prito ham). Suivant l'exemple des acaryas précédents, tous les membres du Mouvement pour la Conscience de Krsna devraient s'efforcer d'oeuvrer pour le bien des âmes conditionnées en les amenant à devenir conscientes de Krsna et en leur donnant toutes facilités pour ce faire. Voilà une véritable oeuvre de bienfaisance. Par de telles activités, le prédicateur, ou quiconque s'efforce de répandre la Conscience de Krsna, se fait reconnaître par Dieu, la Personne Suprême. Ceci est corroboré par le Seigneur en personne dans la Bhagavad-gita (XVIII.68-69):

ya idam paramam guhyam
mad-bhaktesv abhidhasyati
bhaktim mayi param krtva
mam evaisyaty asamsayah

na ca tasman manusyesu
kascin me priya-krttamah
bhavita na ca me tasmad
anyah priyataro bhuvi

"Pour celui qui enseigne ce secret suprême à Mes dévots, le progrès dans le service de dévotion est assuré, et, à la fin, il reviendra à Moi sans aucun doute. Nul de Mes serviteurs, en ce monde, ne M'est plus cher que lui, et jamais nul ne Me sera plus cher."

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare