Ce site contient près de 50,000 pages. Il est donc très difficile de tout découvrir. C'est pourquoi nous avons créé l'infolettre qui est envoyée du lundi au vendredi. Elle vous fera connaître les pages les plus consultées et toutes les nouveautés sans que cela ne vous demande d'effort.

 


Dr. Singh: Les médecins de la N.A.S.A. se sont montrés très prudents lorsque les cosmonautes sont redescendus sur Terre après leur expédition lunaire. Ils craignaient qu'ils n'aient rapporté avec eux quelques nouveaux germes jusqu'alors inconnus et ils ont mis les cosmonautes en quarantaine.

Srila Prabhupada: Avant tout, sont-ils vraiment allés sur la Lune? Je n'en suis pas si sûr. Il y a des années déjà, j'ai exprimé mon opinion à ce sujet dans un livre intitulé Antimatière et Eternité, où je qualifiais de puérils les travaux scientifiques visant à explorer l'espace, en spécifiant qu'ils ne mèneraient à rien d'utile. De même, quelques années plus tard, lors d'un voyage à San Fransisco, j'ai répondu à un journaliste qui me demandait ce que je pensais du voyage sur la Lune, qu'il ne s'agissait là que d'une perte de temps et d'argent. Quel est le fruit de tous les efforts fournis depuis... Voilà maintenant combien d'années qu'ils essaient d'aller sur la Lune?

Dr. Singh: Les Russes ont lancé leur premier spoutnik en 1957.

Srila Prabhupada: Mais ils avaient commencé à travailler sur ce projet de nombreuses années auparavant et tout ce qu'ils ont obtenu, c'est un peu de poussière. Rien que de belles promesses; et c'est pourtant ainsi qu'ils acquièrent leur grande influence.

Dr. Singh: Ils perfectionnent leur technologie en utilisant des modèles réduits.

Srila Prabhupada: Ce sont des gamins, voilà tout. Lorsque j'étais enfant, je me disais en regardant les tramways qui se déplaçaient sur les rails: "Je vais prendre une perche, et en la posant sur le câble électrique, je pourrai moi aussi voyager sur les rails." Les projets des savants sont tout aussi puérils. Ils sacrifient tellement de temps et d'argent, si nécessaire ailleurs, mais en fin de compte, quel but poursuivent-ils? A vrai dire, ils ignorent le but de l'existence, et cela rend tous leurs efforts vains. Les scientifiques engloutissent des fortunes dans des travaux spatiaux qui n'aboutissent à rien de bon pour l'humanité, et ce sont les politiciens qui financent leurs projets. Ils sont comme un médecin, qui devant un cas qui le dépasse, ne veut pas avouer son ignorance, et ordonne néanmoins à son patient: "Très bien, commencez par prendre ce médicament, et si cela ne marche pas, essayez cet autre." Les hommes de science abusent le monde. Ils demeurent incapables de résoudre les véritables problèmes de l'existence - la naissance, la maladie, la vieillesse et la mort tous leurs projets relèvent donc de l'utopie. L'expression sanskrite akasa-puspa, "une fleur dans le ciel" traduit bien cette utopie: tous leurs efforts pour atteindre la vérité en explorant l'espace sont aussi vains que de vouloir cueillir une fleur dans le ciel.

Puisé dans le livre: "La vie vient de la vie". (Douzième entretien)


Recevez la nouvelle quotidiennement dans votre courriel.
ARCHIVES


Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare


Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare