La Nouvelle du Jour

 
 
Dr. Singh: Les hommes de science ignorent tout de l'évolution ascendante ou descendante à partir de la forme humaine.

Srila Prabhupada: C'est pourquoi je les traite d'imposteurs. Il y a tant de lacunes dans leur savoir, et pourtant ils se disent "savants" La véritable science est enseignée par Krsna dans la Bhagavad-gita (9.25): yanti deva-vrata devan pitrn yanti pitr-vratah. Ce verset explique que le corps d'un être est déterminé par ce qui fit l'objet de sa passion et de sa vénération lors de sa vie passée. Toutefois, c'est en adorant Dieu que l'homme peut mettre fin au cycle des morts et des renaissances successives. Yam prapya na nivartante tad dhama - "Pour celui qui atteint cette demeure suprême, la Mienne, il n'est point de retour en ce monde matériel où règnent la naissance et la mort." (B.g., 8.21) L'ultime perfection de la vie humaine consiste à accéder au monde spirituel (samsiddhim paramam). Il suffit de lire la Bhagavad-gita, tout y est expliqué. Mais les scientifiques n'ont aucune idée de cette perfection; ils ne croient même pas en l'existence de l'être vivant, indépendamment du corps matériel.

Dr. Singh: Ils ne parlent que du corps, ils ne font aucune mention de l'être vivant.

Un disciple: Leur conception s'apparente au bouddhisme. Les bouddhistes comparent le corps à une maison. Selon eux, tout comme une maison en bois qui finit par s'écrouler, le corps est constitué d'éléments chimiques qui s'assemblent, puis se dispersent après la mort. Et de même qu'il ne reste plus de la maison écroulée qu'un tas de bois, le corps mort se désagrège et retourne à l'état d'éléments chimiques. C'est ainsi qu'il disparaît, et avec lui la vie.

Srila Prabhupada: C'est le nirvâna des bouddhistes; et les matériaux servent ensuite à construire une autre maison, un autre corps. Mais les bouddhistes n'ont aucune connaissance de ce qui touche à l'âme.

Puisé dans le livre: "La vie vient de la vie". (Neuvième entretien)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare