Le chant du maha-mantra purifie davantage que la pratique du yoga :

[Pour la pratique du yoga] il faut demeurer imperturbable quoi qu'il arrive. Si notre esprit est troublé, ou s'il y a trop de mouvement autour de soi, on ne réussira pas à se concentrer. le yoga de la méditation exige également que l'on soit sans peur; la peur n'a plus sa place lorsqu'on s'engage dans la vie spirituelle. Il faut en outre vivre en brahmacari, c'est-à-dire dans l'abstinence sexuelle la plus complète. Et aucun besoin du corps ne doit nous distraire de notre méditation. S'il en est ainsi, et qu'on suit rigoureusement cette méthode, on pourra maîtriser son mental. Une fois ces conditions remplies, il faut transférer toutes ses pensées sur Krishna, ou Vishnou; il n'est pas question d'absorber sa pensée dans le vide. C'est pourquoi Krishna déclare que celui qui pratique le yoga de la méditation pense constamment à Lui.

De toute évidence, le yogi doit se soumettre à de rudes épreuves avant de pouvoir purifier l'atma (le corps, le mental et l'âme), mais c'est un fait avéré qu'on peut obtenir le même résultat en cet âge, et avec un maximum d'efficacité, grâce au chant du mantra : Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna Krishna, Hare Hare/ Hare Rama, Hare Rama, Rama Rama, Hare Hare. Comment est-ce possible ? Tout simplement parce que cette vibration sonore transcendantale n'est pas différente de Dieu Lui-même. Lorsque nous chantons Son Nom avec dévotion, Krishna est avec nous; et lorsqu'Il est avec nous, comment pourrions-nous demeurer impur ? Par conséquent, celui qui s'absorbe dans la conscience de Krishna, dans le chant des Saints Noms de Krishna et dans le service constant de Sa personne, récolte les bienfaits du yoga dans sa forme la plus parfaite sans avoir à affronter toutes les difficultés qu'engendre la pratique du yoga de la méditation. Tel est le charme de la conscience de Krishna. (PY, pp. 17-18)

Dans le Kali-yuga, le chant constant du Saint Nom aide davantage à maîtriser le mental que le yoga :

Le mental est cañcala, vacillant, et sujet à des variations incœrcibles. Arjuna admit donc que maîtriser le mental est chose impossible, aussi ardue que de maîtriser le vent. Par exemple, si une personne se trouve dans une embarcation sur une rivière ou sur la mer, et que le vent se déchaîne, le bateau donnant de la gîte sera très secoué et difficile à contrôler, au point même de chavirer. Donc, au milieu de l'océan de la spéculation mentale et des changements de corps (bhava-samudra), on doit d'abord maîtriser le mental.

Le but du yoga (abhyasa-yoga-yuktena) est donc la maîtrise du mental grâce à un entraînement régulier. Mais ce procédé du yoga présente un risque d'échec, surtout dans l'âge de Kali, car il met en œuvre des moyens artificiels. Au contraire, si le mental est consacré au bhakti-yoga, avec l'aide de Krishna on pourra très aisément le dominer. Sri Chaitanya Mahaprabhu a donc recommandé : harer nama harer nama harer namaiva kevalam. On doit constamment chanter ou réciter le Nom du Seigneur, car ce Nom n'est pas différent de Hari, la Personne Suprême.

En récitant sans cesse le mantra Hare Krishna, on peut fixer le mental sur les pieds pareils-au-lotus de Krishna (sa vai manah krsna-padaravindayoh). Autrement, le mental vacillant planera au niveau de la spéculation intellectuelle en vue du plaisir des sens; l'être devra alors transmigrer d'un corps à l'autre... (S.B. 10.1.42)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare