La Bhagavad-gita décrit la formation que doivent recevoir les membres de chaque groupe social. Ceux du premier doivent acquérir les qualités suivantes.

samo damas tapah shaucam
ksantir arjavam eva ca
jnanam vijnanam astikyam
brahma-karma svabhava-jam

"Sérénité, maîtrise de soi, austérité, pureté, tolérance, intégrité, sagesse, savoir et piété,-telles sont les qualités qui accompagnent l'acte du brahmana."
(B.g XVIII.42)

Samah signifie "capable de contrôler ses sens", et damah "capable de maîtriser sa pensée". Nos sens sont des éléments extrêmement pertubateurs, instables, toujours à la recherche de plaisirs nouveaux. Nos yeux vont nous dicter: "Emmène-nous voir cette séance de strip-tease." Et nous, esclaves obéissants, nous répondrons immédiatement: "Oui, oui, tout de suite allons-y!" Et notre langue aussi va réclamer, et nos preilles et notre nez... Il faut donc que l'homme apprenne à briser cet esclavage et à devenir maître de ses sens. Celui qui le fait devient samah. Puis le terme dhamah est employé. En effet, à l'instar de nos sens, notre mental nous donen des ordres. Or, il n efaut pas non plus subir son empire, mais au contraire, c'est nous qui devons le maîtriser. Telles sont les qualités de l'homme du premier groupe social. On ne devient pas brahmana en fonction de ses diplômes universitaires; quelle est la valeur, en effet, de quelqu'un qui reçoit tous les prix de son école s'il continue d'accepter le joug de son mental et de ses sens? Cnakya Pandit, grand homme politique de l'Inde ancienne, avait donné jadis une définition très nette du véritable érudit. Si vous êtes allés en Inde, vous avez peut-être entendu parler de Canakyaouri, le quartier de Delhi où se trouvrent les ambassades et les consulats étrngers. Canakya Pandit était à la fois un brahmana très érudit et un homme politique. Voici sa définition du sage: "Sa première caractéristique, disait-il, est de considérer comme sa mère toute femme autre que sa propore épouse. Sa deuxième qualité consiste à convoiter les biens d'autrui aussi peu que des détritus." Si vous voyez des ordures dans la rue, vous n'y toucherez pas; et bien, le sage ne touche pas plus aux possessions d'autrui qu'au contenu d'une poubelle. "quant à la troisième caractéristique, continuait-il, elle consiste à ne pas faire à autrui ce que nous n'aimerions pas qu'il nous fasse." Puisque vous ressentez de la douleur lorsqu'on vou sfrappe, pourquoi le faire à autrui? Le véritable érudit est celui qui possède ces trois qualités et non pas celui qui détient le plus grand nombre de diplômes. Nul ne peut avoir des qualités réelles à moins d'être conscient de Krishna, Dieu. Souvenez-vous de ce chasseur dont je vous ai parlé. Il était d'une cruauté sans pareille, mais une fois devenu conscient de Dieu, il se refusait même à tuer une fourmi. Ce changement radical s'opère en celui qui possède la vraie connaissance. Arrivé à cette étape de son développement spirituel, l'homme peut commencer à servir le Seigneur avec une dévotion pure. Il est impossible de servir Dieu purement sans d'abord acquérir ces qualités. Si un homme se dit millionnaire, vous ne le croirez que lorsqu'il vous montrera des preuves de sa fortune - voitures, vêtements, compte en banque... De la même manière, il ne suffit pas de se dire conscient de Dieu, il faut pouvoir montrer toutes les caractéristiques d'un homme conscient de Dieu: ne désirer aucun bien matériel, ne jamais se lamenter sur la perte de biens terrestres, et voir tous les êtres vivants égaux.

bhaktya mam abhijanati
yavan yas casmi tattvatah
tato mam tattvato jnatva
visate tad-anantaram

"A travers le service de dévotion, et seulement ainsi, peut-on Me connaître tel que Je suis..."
(B.g. XVIII.55).

Seul celui en qui se sont développées les qualités dont nous parlions peut devenir conscient de Dieu. On n'est pas conscient de Dieu lorsqu'on n'est préoccupé que de sa propre protection et de son propre bonheur, sans aucune compassion pour la misère et la dégradation rapide d'autrui. Il est absolument nécessaire de créer un groupe de brahmanas dans la société si l'on veut en élever les membres jusqu'à la conscience de Dieu. Les deux premières qualités du brahmana sont donc la maîtrise des sens et des pensées. Il doit en Posséder d'autres aussi: - tapah; il doit être austère; saucam: Pur intérieurement et propre extérieurement; ksantih: toujours paisible; arjavam: simple et honnête, jnanam: il Possède toute la connaissance; vijnanam: il met en pratique ce savoir dans sa vie; astikyam: il est fermemnt convaincu de l'existence de Dieu. Telles sont, les caractéristiques de l'homme qui appartient au premier groupe social; il faut former les plus intelligents de façon à ce qu'ils acquièrent ces qualités, qu'ils apprennent à maîtriser leurs sens et leurs pensées, ainsi qu'à se purifier physiquement et mentalement. Puis il leur faut atteindre la sérénité et devenir tolérants, car est tolérant celui qui reste aisément serein et imperturbable, quelles que soient les circonstances. Ils doivent être simples au point de ne rien cacher, même à ses ennemis. Leur septième qualité sera de détenir la connaissance totale, c'est-à-dire de savoir qui est Dieu, ce qu'est le monde et ce qu'est Leur relation avec Dieu. Enfin, ils devront avoir une confiance totale dans les Ecritures révélés et être convaincus de l'existence du Seigneur Suprême.

Tiré du livre: "Manifeste pour un monde meilleur."

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare