Voici le résumé d'une lecture donnée par Srila Prabhupada le 25 juin 1973 à Mayapura. (Śrīmad-Bhāgavatam 1.10.11-12)


Tout comme si vous étiez jeté dans l'eau de mer, vous êtes peut-être un nageur très expert, mais vous n'aimez pas rester dans cette situation. Vous voulez en sortir. De même, bien que nous puissions être très experts dans le changement de notre corps, mais quand même, au moment de la mort, nous n'aimons pas cela. Personne n'aime mourir. Mais il ... Personne ne pense comment arrêter cette mort. Dans la Bhagavad-gītā, il est dit, na hanyate hanyamāne śarīre [L'âme ne connaît ni la naissance ni la mort. Vivante, elle ne cessera jamais d'être. Non née, immortelle, originelle, éternelle, elle n'eut jamais de commencement, et jamais n'aura de fin. Elle ne meurt pas avec le corps. Bg. 2.20]. Par la destruction de ce corps, l'âme ne meurt pas. C'est vivre. C'est ce qu'on appelle la réalisation de soi. Il faut être sobre pour penser que "Si je suis éternel, si je ne meurs pas après la destruction de ce corps, et que je n'aime pas mourir, comment l'arrêter?" C'est l'intelligence, comment arrêter la répétition de la naissance et de la mort. Mais la civilisation humaine, le soi-disant être humain est devenu tellement dégradé, ils n'ont même pas de cerveau pour réfléchir à ces questions, que comment arrêter cette répétition ou s'il y a des moyens pour arrêter cette répétition de la naissance et de la mort. Ils ne ..., ils n'ont aucune connaissance. Pourtant, ils continuent en tant qu'êtres humains. Ils sont comme des animaux. Même les grands professeurs d'Europe, disent, "Swamiji, après la mort, tout est fini." Tu vois. Tathā dehāntara-prāptir dhīras tatra na muhyati [A l'instant de la mort, l'âme prend un nouveau corps, aussi naturellement qu'elle est passée, dans le précédent, de l'enfance à la jeunesse, puis à la vieillesse. Ce changement ne trouble pas qui a conscience de sa nature spirituelle. Bg. 2.13]. Même ces mots simples, la première instruction de la Bhagavad-gītā, ils ne comprennent pas. Pas seulement eux. Ici aussi. (En Inde) Tant de politiciens, tant de crétins, ils prennent la Bhagavad-gītā, mais ils ne comprennent pas. Ils sont occupés par la politique.


Note par Aprakrita dasa: "Nous n'aimons pas mourir, mais nous y sommes forcé. Peu de gens sont informés sur ce sujet. La Bhagavad-gita nous informe que nous sommes éternels, mais les gens croient que c'est le corps qui est éternel. Alors si c'est le corps qui est éternel quel corps aurons-nous dans notre prochaine vie. Nous avons pris tellement de corps au cours de cette vie présente. Est-ce que ce sera le corps que j'avais à la naissance, lorsque jétais adolescent, aldulte, vieillard? En fait, nous prendrons un nouveau corps selon nos pensées au moment de la mort. Nous aurons de nouveaux parents, nous irons peut être sur une autre planète. Est ce que ce sera un corps humain, animal? Il faut sortir de cette situation en chantant Hare Krishna et retourner en compagnie de Krishna pour l'éternité. Cela est la plus intelligente des décisions."

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare