Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Conférence donnée à Bhubanesvar le 2 février 1977
par
Sa Divine Grâce A.C. BHAKTIVEDANTA SWAMI PRABHUPADA
Acarya-fondateur de l'Association Internationale
pour la Conscience de Krishna.

 

Nous célébrons aujourd'hui l'apparition de Nityananda Prabhu. Nityananda Prabhu n'est autre que Baladeva, Baladeva-tattva. Narottama Dasa Thakura chante: vrajendra nandana yei, saci suta haila sei, balarama haila nitai; «Celui qui fut jadis le fils de Nanda Maharaja est maintenant apparu comme le fils de Sacidevi.» Sacidevi était le nom de la mère de Caitanya Mahaprabhu. Krsna est donc Sri Caitanya Mahaprabhu et Balarama est Nityananda Prabhu.

Les Écritures védiques enseignent: nayam atma bala-hinena labhyah; «Impossible de comprendre la Vérité Absolue sans bala.» Bala signifie «force». Parfois, certains philosophes sans scrupules prétendent que bala désigne la force physique et propagent la doctrine suivante: «Sans force physique, point de salut. Il faut donc manger de la viande et combattre pour obtenir une naissance spirituelle dans sa vie suivante.»

Non. La force (bala) requise pour comprendre la Vérité Absolue est de nature différente. C'est une force spirituelle. Le problème auquel nous sommes présentement confrontés réside dans le fait que bien que ce soit la force spirituelle qui nous anime, les gens n'en possèdent aucune connaissance. Ils croient qu'il s'agit d'une force matérielle.

C'est ce qu'exprime Narottama Dasa Thakura lorsqu'il chante: ahankare matta hoiya, nitai-pada pasariya, asatyere satya kori mani. C'est le faux ego (ahankara) qui nous fait croire que bala signifie «force physique». Sous l'emprise de maya, les gens pensent: «Nous sommes indépendants; nous pouvons faire tout ce qui nous plaît.» C'est ce qu'on appelle ahankara-vimudhatma. Sous faux prétexte, sous faux prestige, tous pensent: «Nous sommes indépendants. Nous trouverons une solution aux problèmes de la vie grâce à quelque ajustement matériel.»

Telle est donc la maladie matérielle: ahankara-vimudhatma. Égarés, les gens ne réalisent pas que la vraie force est la force spirituelle. Chaque jour, nous pouvons remarquer qu'une personne peut être très forte, très puissante, très intelligente, être un excellent homme de science - mais quelle est sa vraie force? L'atma. Dès que l'atma, ou l'âme, quitte le corps, l'intelligence, la force - tant de choses - perdent toute leur valeur.

Voilà la différence entre un homme mort et un homme vivant. Tant qu'il vit, un homme peut être très puissant et occuper une bonne position, mais une fois mort, il gît sur le sol. Même si vous le frappez au visage, il ne protestera pas. Où est donc sa force? Elle l'a quitté. Telle est la force spirituelle.

La force spirituelle anime le corps. Supposons que vous possédez une excellente voiture, une Mercedes ou une Rolls Royce. Sans essence, comment se déplacerait-elle? Impossible. Le corps requiert donc une essence spirituelle.

De même, la vraie force est la force spirituelle. Cette force spirituelle, c'est Balarama. Il nous faut donc prendre refuge des pieds pareils-au-lotus de Balarama. Balarama signifie guru-tattva. Balarama représente le guru. Si nous désirons comprendre Caitanya Mahaprabhu, si nous désirons comprendre Krsna, il faut prendre refuge de Balarama.

Nayam atma bala-hinena labhyah; cette injonction védique signifie: «Sans la grâce de Balarama, on ne peut réaliser son identité spirituelle.» Balarama vient en tant que Nityananda Prabhu; il faut donc prendre refuge en Lui.

Le chant de Narottama Dasa Thakura commence par les mots nitai-pada-kamala, koti-candra-susitala: «Les pieds pareils-au-lotus de Nityananda apportent autant de fraîcheur que des millions de lunes.» En prenant refuge en Nityananda Prabhu, nous connaîtrons la paix. L'été, la chaleur nous accable toute la journée, mais dès que se lève la lune le soir venu, nous sommes satisfaits. Toute notre fatigue s'évanouit aussitôt. Une seule lune nous procure tant d'agrément. Or, l'ombre des pieds pareils-au-lotus de Nityananda Prabhu est source d'autant d'agrément que les rayons de millions de lunes.

Si nous aspirons vraiment à la sérénité et au soulagement de toute fatigue matérielle, il nous faut prendre refuge de Nityananda Prabhu, qui incarne la force spirituelle sans laquelle on ne peut approcher Krsna.

Nayam atma pravacanena labhyah: «Même si vous êtes un bon orateur, vous n'êtes pas assuré pour autant de comprendre Krsna.» Na medhasa: Parce que vous êtes doté d'un excellent cerveau, vous croyez pouvoir comprendre Krsna? Non. Na bahuna srutena: Parce que vous êtes un grand érudit et détenez un diplôme d'Université, vous croyez pouvoir comprendre Krsna? Non, c'est impossible.

Nous avons besoin de force spirituelle, cette force dont la source est Balarama, la première manifestation de Krsna (prakasa-vigraha). Krsna Se manifeste à travers Balarama. Il faut donc prendre refuge de Nityananda Prabhu.

Je chayay jagata juray: le monde entier baigne dans la souffrance, mais si vous recherchez la paix, prenez refuge de Nityananda Prabhu.

Heno nitai bine bhai, radha-krsna paite nai, drdha kori' dharo nitai pay: notre vrai but dans la vie est de retourner en notre demeure première pour vivre auprès de Dieu, Radha-Krsna. Dans un autre chant du même auteur, on peut lire: manusya-janama paiya, radha-krsna na bhajiya, janiya suniya bisa khainu; sans approcher Radha-Krsna, on ne peut connaître le vrai bonheur. Si vous voulez danser et être heureux, ne dansez pas seul, mais avec Krsna.

Dans ce temple, nous mangeons également, mais seulement les reliefs de la nourriture laissés par Krsna. Ça c'est le vrai plaisir. Ce n'est pas que nous cessons de manger. Nous ne sommes pas d'insipides philosophes. À travers le monde, nous mangeons du prasadam. Au moins dix mille hommes et femmes honorent le prasadam, mais cela ne nous cause aucune anxiété. Une famille ne compte que quelques membres, mais quelle anxiété pour subvenir à leurs besoins! Alors que nous entretenons une famille de dix mille personnes sans pour autant être rongés d'anxiété. Nous avons besoin de plusieurs milliers de roupies pour nos centres d'Europe et d'Amérique - une entreprise fort coûteuse. Mais ayant pris refuge de Nityananda Prabhu, de Balarama, nous n'éprouvons aucune anxiété.

L'existence matérielle est synonyme d'anxiété. Celui qui vit selon les voies du matérialisme ne peut se soustraire à l'anxiété. Tel est l'enseignement de Prahlada Maharaja. Lorsque son père lui demanda: «Mon cher fils, dis-moi ce que tu estimes être le meilleur de tous les sujets que tes précepteurs t'ont fait étudier.»

Prahlada répondit: «O meilleur des asuras, l'entière société humaine souffre au moins d'une maladie: l'anxiété.»

Questionnez n'importe qui, la petite fourmi ou le gros éléphant, le président des États-Unis ou le mendiant. Demandez-leur: «Êtes-vous affranchi de toute anxiété?» Personne ne répondra: «Oui.» Ils diront au contraire: «Je suis rongé d'anxiété.» C'est un fait. Pourquoi sombrent-ils dans l'anxiété? Prahlada Maharaja nous répond: «sada samudvigna-dhiyam asad-grahat; ils sont malheureux du fait qu'ils ont accepté ce qui ne saurait durer (asad-vastu)

Tout ce que nous possédons ne peut durer. Notre corps n'existera pas toujours, lui qui est au fondement de notre existence. Dans l'Univers matériel, on n'existe qu'aussi longtemps que son corps. Prahlada Maharaja affirme donc: «La véritable solution aux problèmes de l'existence consiste à s'arracher à cette condition matérielle. Voilà la meilleure partie du savoir, selon moi.»

Une injonction védique nous enseigne: asato ma sad gamah; «Ne vivez pas dans cette condition matérielle (asat). Sad gamah: «Progresse vers la vraie vie.» La vie spirituelle, voilà la vraie vie. Si nous désirons vraiment vivre une vie de félicité, il faut renoncer à l'existence matérielle. Voilà ce que Prahlada Maharaja nous enseigne.

Samudvigna-dhiyam: si vous continuez de vivre dans le matérialisme, vous serez tourmenté par l'anxiété. Vous ne pourrez y échapper. C'est pourquoi Prahlada Maharaja recommande: hitvatma-patam grham andha-kupam vanam gato yad dharim asrayeta. L'anxiété, voilà le vrai problème. Or, celle-ci subsistera tant que nous persisteront dans le matérialisme. La vraie vie consiste donc à s'arracher à l'existence matérielle.

Atma-patam signifie «tuer l'âme». Et c'est ce que fait la civilisation matérielle. Les gens n'ont aucune connaissance de l'âme. Ils ignorent comment trouver la paix, comment devenir heureux. Ils cherchent la paix dans l'énergie externe, matérielle. Ils croient qu'en construisant d'immenses édifices, ils trouveront la paix.

C'est ce qu'ils font d'ailleurs ici à Bhubanesvar. Ils construisent de grandes routes et se déplacent à l'aide de voitures. Et ils croient que le progrès d'une civilisation se mesure ainsi. Non. Ils accroissent leur anxiété à laquelle ils ne trouvent aucune solution.

Jadis, il n'existait aucune université. L'université se trouvait dans une chaumière. Vyasadeva rédigea le Srimad-Bhagavatam et tous les Puranas dans une chaumière. Qui pourrait créer des écrits comparables à ceux de Vyasadeva? Qu'on les considère sous un angle littéraire ou philosophique, tout ce qu'il a écrit est parfait: le Mahabharata, les Puranas, le Vedanta-sutra...

On n'avait pas besoin d'universités. Pour rédiger de tels ouvrages, il faut un esprit lucide qu'on acquiert grâce aux qualités brahmaniques: la sérénité, la maîtrise de soi, l'austérité, la pureté, la tolérance, l'intégrité, la sagesse, le savoir et la piété. Où enseigne-t-on ces qualités de nos jours? L'enseignement technique - comment bien utiliser un marteau - ne résoudra pas les problèmes de la vie.

Le premier devoir de ceux qui cherchent la vraie solution aux problèmes de la vie est de prendre refuge des pieds pareils-au-lotus du Seigneur Nityananda. Alors, nous connaîtrons le bonheur. Nous serons apaisés par les rayons de lune émanant de Ses pieds pareils-au-lotus et toute notre fatigue s'estompera.

Sei sambandha nahi ja'r, brtha janma gelo ta'r: si vous ne vous liez pas à Nityananda Prabhu, vous ne pourrez que perdre votre temps.

Se pasu boro dur-acar. Narottama Dasa Thakura utilise ici un mot non équivoque: «Quiconque ne se lie pas à Nityananda Prabhu est un pasu.» Pasu signifie «animal». Comment un animal pourrait-il être heureux? Impossible. Très tôt, le chien doit chercher sa nourriture. Le chien errant, lui, ne peut trouver de quoi manger. À moins d'avoir un maître, il ne connaîtra jamais le bonheur.

Mieux vaut donc devenir le chien de Nityananda Prabhu plutôt que celui de tant d'autres personnes. Alors nous connaîtrons le bonheur. Chacun est comme le chien qui cherche un maître à servir. Mais nul n'y trouve de satisfaction puisqu'il s'agit là de faux maîtres. Quand vous accepterez le vrai maître, Nityananda Prabhu, vous serez heureux.

Bhaktivinoda Thakura chantait: vaisnava thakura, tomara kukkura, boliya janaha more; «Cher Vaisnava Thakura, daigne me prendre pour chien. Je suis d'ores et déjà le chien de maya, mais non celui d'un Vaisnava. Prends-moi donc à ton service.» Si nous ne devenons pas le chien de Nityananda Prabhu, d'un Vaisnava ou d'un guru, il ne peut être question de bonheur. Nitai na bolilo mukhe, majilo samsara-sukhe: celui qui ne se lie pas à Nityananda Prabhu et ne prononce pas les mots «Jaya Nitai! Jaya Gaura!» s'absorbe dans la jouissance matérielle. Majilo samsara-sukhe signifie «les liens sociaux, l'amitié et l'amour conférés à l'homme par Dieu.» Ainsi pense le matérialiste. Au sein du samsara - l'existence matérielle avec ses morts et renaissances répétées -, on ne peut trouver de bonheur (sukha). Le matérialiste n'en est pas moins fasciné par l'existence matérielle.

Vidya kule ki koribe tar: à quoi serviraient des études universitaires ou une naissance noble? Celles-ci ne nous seront d'aucune aide. Pourquoi accepter ces fausses solutions?

Ahankare matta hoiya, nitai-pada pasariya, asatyere satya kori mani: égarés par le faux ego et le faux prestige, nous acceptons le corps qui n'existera pas toujours. Nous tenons pour réel le corps. Or, si nous prenons refuge en Nityananda Prabhu, nous obtiendrons l'illumination spirituelle.

Nitaiyer koruna habe, braje radha-krsna pabe, dharo nitai-carana du'khani. Aussi Narottama Dasa Thakura avertit ceux qui désirent la compagnie de Radha-Krsna d'obtenir d'abord obtenir la grâce du Seigneur Nityananda. Nous célébrons aujourd'hui l'apparition de Nityananda Prabhu. Souvenons-nous au moins aujourd'hui de Ses pieds pareils-au-lotus. Voilà qui est souhaitable.

Nitaiyer carana satya, tahara sevaka nitya: les pieds pareils-au-lotus de Nityananda Prabhu (nitai carana) sont réalité. Et quiconque se fait le serviteur de Nityananda Prabhu parvient à la transcendance. Celui qui devient le chien du Seigneur Nityananda acquiert la vie éternelle. Nous sommes éternels, mais notre fausse identification à la matière nous place sous le joug de maya. Ce qui est vraiment regrettable, mais les gens en sont inconscients. Nous transmigrons d'un corps à un autre et nul ne peut dire quel sera notre prochain corps. Les gens n'ont toutefois aucune connaissance de cet enseignement initial de la Bhagavad-Gita. Ces vauriens sont néanmoins fiers de leur éducation, de leurs universités. Voilà la situation.

Nitai-pada sada koro asa: il faut donc toujours aspirer à demeurer sous la protection des pieds pareils-au-lotus de Nityananda.

Narottama boro duhkhi: Narottama Dasa Thakura est un acarya, un grand maître spirituel, mais il se présente comme un homme ordinaire. Il n'est pas malheureux (duhkhi), mais il dit l'être. Les acaryas ne sont jamais malheureux, mais jouant le rôle de l'homme moyen, il dit: « Narottama est très malheureux.» Narottama signifie «le meilleur des hommes». Ici, dans l'Univers matériel, on peut être le meilleur des hommes - occupant un poste prestigieux -, mais tous sont malheureux (duhkhi). Nitai more koro sukhi: «Seul Nityananda peut me rendre heureux; sans Lui, pas question de bonheur.»

Rakho ranga-caranera pasa. Il faut donc toujours prier Nityananda Prabhu: «Garde-moi sous Ta protection. Je suis si malheureux, mais sous la protection de Tes pieds pareils-au-lotus, je trouverai le bonheur.» Voilà le vrai bonheur.

Merci beaucoup.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare