La nature matérielle est le déploiement de l'une des multiples énergies du Seigneur Suprême, telles que les décrit, dans leur ensemble, le Visnu Purana.(3) Ces énergies sont innombrables et, pour nous, inconcevables, mais de grands érudits, qui étaient à la fois de grands sages, des âmes libérées, les étudièrent et les classèrent en trois groupes, ceux des énergies supérieure, marginale et inférieure, constituant divers aspects de la visnu-sakti, la puissance du Seigneur, de Visnu. On qualifie l'énergie supérieure de para, purement spirituelle; comme nous l'avons déjà mentionné, les êtres distincts participent de cette énergie. Quant à l'énergie inférieure, elle constitue la nature matérielle. Or, nous-mêmes, âmes saisies par la matière, qui formons l'énergie marginale, nous avons le choix, au moment de la mort, de demeurer dans l'univers matériel, inférieur, ou bien de nous rendre dans le monde spirituel, le monde supérieur. La Bhagavad-gita nous dit:

 

"Car, certes, ce sont les pensées, les souvenirs de l'être à l'instant de quitter le corps, qui déterminent sa condition future."(4)

Au cours de notre existence, nous nous imprégnons soit de pensées matérielles, soit de pensées spirituelles. A l'heure actuelle, tant de publications —journaux, romans, revues, etc.— infestent notre esprit de pensées matérielles: il faut nous en détourner, pour porter notre attention vers les Ecrits védiques —Puranas, Upanisads et autres— que nous ont transmis à cette fin les grands sages, et qui constituent tous des documents authentiques, des paroles de vérité, bien loin de la fiction. Un verset du Caitanya-caritamrta nous dit:

 

"Les âmes conditionnées ont oublié leur relation avec le Seigneur Suprême; elles se sont enlisées dans des pensées d'actes matériels. Mais Krsna, le Seigneur, leur donna l'immensité des Ecrits védiques pour qu'elles puissent tourner leurs pensées vers le monde spirituel."(5)

Le Seigneur divisa d'abord le Veda originel en quatre parties, qu'Il expliqua dans les Puranas, puis, à l'intention des intelligences moins pénétrantes. II écrivit le Mahabharata, où s'insère la Bhagavad-gita. Il résuma ensuite tous les Ecrits védiques dans le Vedanta-sutra, et, pour guider les générations à venir, en donna le commentaire naturel: le Srimad-Bhagavatam. Nous devrions toujours absorber notre mental dans la lecture de ces ouvrages, donnés par Dieu Lui-même sous la forme de l'avatara Vyasadeva, plutôt que de nous livrer à la lecture de journaux, de magazines ou autres écrits matérialistes. Ainsi serons-nous capables de nous rappeler le Seigneur à l'heure de notre mort. Telle est la seule voie que Lui-même nous enjoint de prendre, et Il en garantit l'efficace par les mots "sans nul doute", dans le verset suivant:

 

"Ainsi, ô Arjuna, en Moi, Krsna, dans Ma Forme personnelle, absorbe toujours tes pensées, tout en combattant, comme doit le faire un ksatriyas. Me dédiant tes actes et tournant vers Moi ton mental et ton intelligence, sans nul doute, tu viendras à Moi."(6)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare