Cliquez ici pour aller à la page principale.

Une "Nouvelle" est présentée ici chaque jour. Vous pouvez la recevoir quotidiennement dans votre courriel en cliquant ici.


Lundi le 25 mars, 2011.
Vive le Québec libre.

Partagez cet article sur Facebook
Laissez moi pour débuter vous raconter un souvenir de cet événement. Le jour d'une grande manifestation, j'étais allé visiter ma mère qui demeurait pas très loin de chez moi. Je lui ai dit que j'allais à la manifestation. Elle m'a demandé de ne pas y aller. Je lui ai dit: "Maman, il n'y a pas de danger, ne t'en fais pas." Elle avait beaucoup de peine de me voir partir, mais elle était impuissante devant ma décision. J'étais jeune et pas très conscient des dangers possibles devant une masse de gens qui se révoltaient contre le système établi. En fait, il y avait beaucoup de dangers. Je peux comprendre aujourd'hui, les sentiments de ma mère face à son garçon qui n'avait pas idée des dangers encourus. Je n'allais pas à ce rassemblement par révolte, mais en curieux qui aimait l'aventure. Je n'ai jamais été un fervent de la politique.

Je suis persuadé que ça doit vous surprendre qu'un dévot de Krishna parle de révolution. Je vais vous surprendre davantage si je vous dis que nous sommes les plus grands révolutionnaires de ce monde.  Effectivement nous le sommes, car nous ne cessons pas de distribuer de la littérature afin d’éclairer ce monde sur le but de la vie qui est de retourner dans le monde spirituel. Nous avons distribué plus de 500 000 000 de livres sur la planète et nous continuons à le faire sans relâche. C’est une révolution. Nos armes sont les livres originaux du fondateur du mouvement Hare Krishna.

 J’ai utilisé ce titre pour attirer votre attention. En réalité nous voulons changer non seulement le Québec, mais bien la planète entière.

Crise d'Octobre: le Québec sous tension.
 

Nous voulons libérer les gens. Mais de quoi voulons-nous les libérer et quelle est notre façon de faire? Avant de répondre à ces questions, laissez-moi vous expliquer quelque chose. Il ne sert à rien de donner sa vie pour une cause avec laquelle nous perdrons entièrement contact  une fois que  nous serons morts. C’est inutile de concentrer ses efforts sur quelque chose qui ne durera pas. Napoléon pensait que la France lui appartenait, pourtant ce pays existe toujours, même après sa mort. Il en sera de même pour tous les québécois. Ce sentiment d’appartenance pour cette province est une grande illusion, car au moment de la mort nous la quitterons pour aller on ne sait où exactement. Peut-être serons-nous chinois, russes, allemands ou bien ailleurs sur une autre planète. Nous aurons tous oublié ce sentiment d’appartenance au Québec. Ce monde est bien trompeur, car il est irréel. Il n'est pas éternel.  La Bhagavad-gita le confirme au chapitre 2, verset 16: “Les maîtres de la vérité ont conclu à l'éternité du réel et à l'impermanence de l'illusoire, et ce, après avoir étudié leur nature respective.” En d’autres mots pour qu’une chose soit réelle elle doit être éternelle.  Ce qui est temporaire n’est qu’un mirage comme l’est aussi un château de sable. Ce qui ne dure pas n’est qu’une illusion, comme l’est aussi la province du Québec.

Bernard Derome au coeur de l'information.
 

Les efforts que vous aurez consentis pour changer quelque chose en ce monde ne vous serviront à rien une fois que vous aurez quitté votre corps. Vous ne pourrez même pas profiter des changements et vous tomberez dans l’oubli d'ici quelques années comme tous les millions d’êtres qui ont habité le Québec.  Personne n'est le propriétaire du Québec. Qui peut se dire possesseur de cette province?  C'est Krishna qui en est le propriétaire. Plusieurs de nos dirigeants qui ont souhaité l'indépendance du Québec sont morts et ceux qui gouvernent aujourd’hui les suivront aussi un jour. Cette province n'appartient pas aux québécois. Nous sommes venus en ce monde les mains vides et c'est ainsi que nous le quitterons au moment de la mort. Nous reviendrons peut-être au monde au Québec, mais il y a d'énormes possibilités que ce soit ailleurs.

 Je ne veux pas vous décourager, mais il y a pire encore. Qui veut perdre ses ami(e)s, ses parents, ses enfants et tout ce qui le relie à ce monde? Si je vous disais que prochainement vous perdrez d’un seul coup tous vos enfants, vos ami(e)s, vos parents etc... vous seriez très découragé. Pourtant c’est bien ce qui va arriver un jour, lorsque la mort viendra tous nous chercher. Nous quitterons tous nos proches et nos connaissances pour aller quelque part d'autre. Il n’est pas très confortable que de vivre dans un tel monde.

Manifeste du FLQ.
 

Certains d’entre vous diront: “Il est bien pessimiste cet Aprakrita dasa.” Ils n’ont pas tort. Je suis entièrement d’accord avec eux. Par contre, comment être optimiste lorsque nous savons qu’un jour nous allons quitter ce monde pour aller dans un endroit qui nous est inconnu? Si vous me permettez une expression québécoise: “C’est pas ben l’fun ceci.” En effet, ce n’est pas bien agréable. Qui veut mourir? Personne ne le souhaite. C'est pourtant une réalité qui arrivera un jour. Nous sommes donc forcés ou condamnés à faire face un jour à ce terrible drame. Donc nous ne sommes pas libres. Tous les habitants du Québec comme ceux d'ailleurs, sur la planète entière, sont aux prises avec cette réalité de la mort qui viendra un jour.

Le Front de libération du Québec ( nous vaincrons )
 

On pourra nous parler d’un Québec libre ou de toute autre nation indépendante, mais jamais nous ne serons libres de la mort.

 Non seulement nous ne pouvons arrêter la mort en cette vie même, mais qui plus est nous sommes prisonniers du cycle des morts et des renaissances vie après vie. Qu’est-ce que ceci veut dire? Bien des gens pensent que nous n’avons qu’une seule vie à vivre. Permettez-moi de vous expliquer en quoi cette idée est erronée. Vous savez sans doute que les dévots de Krishna reconnaissent dans leur philosophie le phénomène de la réincarnation. Pourquoi l'acceptons-nous? Le dictionnaire nous apprend que le mot « réincarner » signifie  « changer de corps ».

Examinons de près ce qui se passe autour de nous. Au cours de notre vie nous changeons constamment de corps. Nous avons passé  d’un corps de bébé à la naissance à un corps d”adolescent, puis nous sommes passés à un corps d’adulte et finalement nous nous retrouverons dans un corps de vieillard. Vous n’avez plus du tout le même corps que lorsque votre père vous promenait sur ses épaules.  Nous changeons de corps constamment. En ce moment-même des cellules naissent et d’autres meurent dans le corps.  Notre corps n’est plus identique à celui que nous avions avant de lire cette dernière phrase. Il a changé, et si nous avons passé continuellement à travers différents corps au cours de cette vie, alors il sera logique de dire qu’au moment de la mort nous en prendrons un nouveau.  Ce n’est pas difficile à comprendre et voici ce que dit la Bhagavad-gita à ce propos au chapitre 2 verset 13: “A l'instant de la mort, l'âme prend un nouveau corps, aussi naturellement qu'elle est passée, dans le précédent, de l'enfance à  la  jeunesse, puis à la vieillesse.”

 Le corps change, mais pas la personne vivant à l’intérieur. Nous sommes donc différents de ce corps, car il change constamment, mais pas la personne qui l’habite. Je peux dire,  voici ma main droite, voici ma tête, voici mes bras etc... Mais qui est le propriétaire de tout cela? C’est la personne qui habite ce corps et qui est éternelle. Elle change de corps constamment. Au moment de la mort elle en prendra un nouveau car l’ancien sera devenu usé ou ne sera plus fonctionnel.  La Bhagavad-gita dit à ce propos au chapitre 2 verset 22 : “A l'instant de la mort, l'âme revêt un corps nouveau, l'ancien devenu inutile, de même qu'on se défait de vêtements usés pour en revêtir de neufs.” Vous êtes dans ce monde depuis des millions de vies, vous avez changé de nationalité à chaque nouvelle vie et si vous ne faites rien, vous aurez encore à mourir et renaître des millions, voir des milliards de vies encore en ce monde. Alors si vous voulez vraiment vous libérer du cycle des morts et des renaissances il faut faire quelque chose pour y parvenir. La vraie libération n’est pas celle du Québec ou de n'importe quel autre pays, mais bien de se libérer du cycle des morts et des renaissances.

 La façon de s'en libérer est de réciter le mantra « Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare ». Votre vie deviendra sublime et vous retournerez dans un monde où la naissance et la mort n’existent pas.

 Voilà la vraie libération, toute autre libération n’est qu’une pure perte de temps. Sortir de ce monde  pour  aller là où la naissance et la mort n’existent pas est la pensée la plus optimiste que l’on puisse avoir. Je vous la souhaite à tous.

Montage et recherche par
Aprakrita dasa

© Copyright. Tous droits réservés.


Recevez la nouvelle quotidiennement dans
votre courriel.
ARCHIVES
Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare