Cliquez ici pour aller à la page principale.

Une "Nouvelle" est présentée ici chaque jour. Vous pouvez la recevoir quotidiennement dans votre courriel en cliquant ici.


Lundi le 11 avril, 2011.
Le blocus de Cuba.

Partagez cet article sur Facebook

Dernièrement, ma voisine me faisait quelques commentaires à propos de la guerre en Libye. Elle me disait, comment est-ce possible qu'après toutes ces guerres que nous avons eues qu'il est encore possible de refaire la même erreur, nous qui au 21 ième siècle avons été sur la lune. Je n'ai pas osé lui dire que ce voyage sur la lune était une grande supercherie. (voir ici) Sans trop élaborer avec elle, je lui ai simplement dit que les guerres font parties de ce monde et qu'il n'est pas possible de les arrêter.

Je lisais il y a quelque temps une lecture (12 août à Paris, Bhagavad-gita 13.4) de Srila Prabhupada où il disait que cette tendance de vouloir se battre vient de Krishna. En effet, Krishna aime se batailler parfois. Il ne le fait pas dans le monde spirituel, car il n'y a pas de démons à cet endroit, mais il vient en ce monde matériel pour le faire. Il envoit dans notre monde un de ses serviteurs qui joue le rôle d'un démon, afin de se battre avec Lui. Il a envoyé à un moment Jaya et Vijay qui sont devenus Hiranyakasipu et Hiranyaksa.

Srila Prabhupada parlait dans une autre lecture que je n'arrive pas à retrouver, que les Américains et les Russes se sont affrontés en 1962, et qui a été appelé "Le Blocus de Cuba". Il parlait de cette tendance à se battre que nous possédons et qui vient de Krishna. Parce que nous sommes de la même nature spirituelle que Krishna nous possédons aussi ce penchant de se bagarrer.

Revenons à cet affrontement entre Russes et Américains. On parlait à ce moment, d'une possible troisième guerre mondiale. Ceux et celles qui sont dans la même catégorie d'âge que moi, se souviennent certainement de ces 13 jours d'une grande anxiété.

Laissez moi donc, vous rappeler les événements. Le 24 octobre 1962, le président américain John F. Kennedy prononce du salon ovale de la Maison Blanche une allocution télévisée dans laquelle il annonce le blocus de Cuba suite à la découverte de rampes de lancement de missiles soviétiques sur l'île.

Depuis le renversement révolutionnaire de la dictature militaire de Fulgencio Batista en janvier 1959, l'île de Cuba est dirigée par Fidel Castro. Tout en mettant en place une réforme agraire, Castro nationalise les propriétés des entreprises américaines sur l'île et s'attire aussitôt les foudres de Washington. Le dirigeant cubain pro-communiste se rapproche alors de plus en plus de l'URSS qui se félicite de trouver un nouvel allié dans l'hémisphère occidental et dans le périmètre de sécurité des États-Unis. Les régimes cubain et soviétique signent successivement des accords de coopération commerciale puis militaire. Les États-Unis essaient alors de renverser le nouveau régime en organisant, en avril 1961, un débarquement d'exilés anticastristes dans la baie des Cochons. L'opération échoue et ne fait finalement que contribuer au renforcement de Castro. Il attire à Cuba, seul pays communiste du continent américain, de nombreux révolutionnaires d'Amérique latine et menace le prestige des États-Unis dans la région. Khrouchtchev décide en effet de livrer secrètement aux Cubains des fusées offensives à moyenne portée capables de menacer directement le sol des États-Unis.

Le 14 octobre 1962, après avoir repéré des cargos soviétiques chargés de missiles en route vers l'île, des avions espions américains prennent également des clichés de rampes de lancement de fusées soviétiques à moyenne portée. Le président américain, John F. Kennedy, décide alors d'imposer un blocus maritime en fermant les voies d'accès vers Cuba. La moindre tentative des bateaux soviétiques de forcer la quarantaine américaine peut à tout moment mettre le feu aux poudres et provoquer un conflit ouvert entre les États-Unis et l'Union soviétique. L'Europe - et l'Allemagne en particulier – constitueraient alors immanquablement un terrain d'affrontement.

Mais au dernier moment, après de nombreux contacts entre Moscou et Washington, notamment par l'intermédiaire des Nations unies, un compromis émerge : les bateaux soviétiques acceptent de rebrousser chemin tandis que les Américains s'engagent à ne pas envahir Cuba. Le 28 octobre, la guerre nucléaire est évitée de justesse et les deux géants en reviennent aux négociations à propos du désarmement.

Parce que tous en ce monde ne reconnaissent pas que tout appartient à Krishna, il y aura par le fait même des conflits entre nations. Parce que chacune d'elles pensent que leur pays leur appartient les guerres existeront toujours. C'est une grande erreur que de penser que nous sommes les propriétaires de ce monde. Napoléon disait que la France lui appartenait, mais nous savons qu'il est décédé et que le France existe toujours. Nous quitterons tous ce monde, un jour ou l'autre et nous n'apporterons rien avec nous. Alors il faut comprendre que tout nous a été prêté et que nous sommes les possesseurs de rien. C'est une vérité pas plaisante à accepter, mais c'est c'est un fait réel. Krishna est le vrai propriétaire de tout. Il le dit dans la Bhagavad-gita au chapitre 10 verset 8. "De tous les mondes, spirituels et matériels, Je suis la Source, de Moi tout émane. Les sages qui connaissent parfaitement cette vérité de tout leur coeur Me servent et M'adorent."

La conclusion est donc, si vous ne voulez pas être impliqué dans un petit ou grand conflit, il faut sortir de ce monde. La façon recommandée est de chanter:

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Il n'y a pas d'autres moyens, pas d'autres moyens, pas d'autres moyens.

Écrit et recherches par Aprakrita dasa.

Voici quelques vidéos concernant ce blocus de 1962.

La crise de Cuba vue par un allié des Etats Unis 1962

Tempête en Octobre

Les dessous d'une présidence (2/3)

© Copyright. Tous droits réservés.


Recevez la nouvelle quotidiennement dans votre courriel.
ARCHIVES
Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare