Le chant du Saint Nom confère tous les fruits de l'austérité.

Le chant du mantra Hare Krishna permet d'atteindre la plus haute perfection, jadis accessible que par de rudes austérités :

Celui qui souhaite se livrer à l'ascèse et à la pénitence en vue d'atteindre le but suprême doit en effet obtenir la faveur du Seigneur Suprême. On dira de celui qui obtient cette faveur qu'il a déjà accompli avec succès toutes sortes d'austérités et de pénitences. D'autre part, pour qui n'atteint pas le niveau parfait du service de dévotion, toutes ces pratiques austères sont en fait vides de sens, car sans le Seigneur, nul ne peut en recueillir les fruits les plus précieux. Comme l'enseigne la Bhagavad-Gita (5.29), Sri Krishna est le maître de toute pénitence et de tout sacrifice - bhoktaram yajña-tapasam sarva-loka-mahesvaram. Ainsi Krishna est Celui qui accorde le fruit désiré par l'ascète.... Même celui qui a vu le jour dans une famille de candalas - la plus basse parmi les naissances humaines - deviendra glorieux s'il chante les Saints Noms; en effet, cela prouve incontestablement que le bhakta a déjà pratiqué toutes sortes d'austérités au cours de sa vie antérieure. Par la grâce de Sri Chaitanya, celui qui chante le maha-mantra : Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna Krishna, Hare Hare/ Hare Rama, Hare Rama, Rama Rama, Hare Hare - accède à la plus haute perfection, celle qu'atteignaient autrefois ceux qui se rendaient au fond de l'océan pour s'y livrer à d'austères pratiques pendant dix mille ans. Disons enfin qu'en cet âge de Kali, celui qui ne tire pas parti du chant du mantra Hare Krishna - cette concession inespérée offerte aux hommes déchus de cette ère - est complètement dérouté par l'énergie d'illusion du Seigneur. (S.B. 4.24.14)

Dans le Kali-yuga, le chant du mantra Hare Krishna permet d'obtenir les mêmes résultats que les austérités d'autrefois :

Bien que Dhruva ne fût qu'un tout jeune garçon âgé de cinq ans, il mena une vie d'ascèse sévère en ne mangeant que des feuilles sèches, en ne buvant que de l'eau et en se privant finalement de toute nourriture. De la sorte, au bout de six mois, il put contempler le Seigneur en personne; lorsqu'il Le vit, il oublia tout de ses pratiques austères et dit : svamin krtartho 'smi - " O Seigneur, comme je suis heureux! " Bien entendu, ces austérités étaient accomplies lors du Satya-yuga, du Dvapara-yuga et du Treta-yuga, et non dans l'âge de Kali. Au cours de ce Kali-yuga, il est toutefois possible d'atteindre un résultat identique simplement en chantant le maha-mantra Hare Krishna. Du fait que les gens de cette ère sont particulièrement déchus, le Seigneur fait preuve d'une grande bienveillance en leur donnant la méthode la plus simple. En effet, le simple fait de chanter le mantra Hare Krishna permet à l'être d'atteindre les mêmes résultats qu'autrefois. (S.B. 4.30.4)