J'ai trouvé dans le Srimad-Bhagavatam, ce qui suit à ce propos et qui ne mets malheureusement pas trop en valeur nos dirigeants actuels.

Tout dirigeant doit donc recevoir une formation militaire, nul lâche ne devrait être élevé au trône présidentiel par la seule force d'un vote numérique. Les monarques des temps védiques étaient tous gens de grande vaillance; la monarchie est donc préférable à toute autre forme de gouvernement, à condition que le monarque reçoive une formation appropriée par laquelle il apprenne à s'acquitter des devoirs qui lui incombrent en tant que tel. Par exemple, un roi, ou un président, ne doit jamais revenir du combat sans avoir été blessé par l'ennemi. Mais les prétendus rois, ou dirigeants, aujourd'hui, élus par la force d'un vote, ne se rendent même jamais au front; plus que le courage, ils ont développé l'art de prodiguer des encouragements illusoires aux forces qui combattent pour eux, en les exhortant à faire grandir un prestige national d'ailleurs aussi illusoire. Enfin quand les dirigeants deviennent des marchands ou de simples ouvriers, c'est l'entière machine gouvernemental qui s'encrasse, qui se dégarde.
S.B. Chant I, ch. 9, verset 26, teneur et portée.

Dans les temps védiques, il allait du devoir des rois et chefs militaires de se tenir au premier rang des lignes combattantes, et cela pendant la bataille même. Jamais ils n'auraient agi comme le font les prétendus chefs d'Etat et ministres de la défense de nos gouvernements modernes, lesquels restent paisiblement chez eux pendant que leurs pauvres soldats ou des troupes mercenaires s'affrontent sur le champ de bataille. Ce sont peut être les voies de la démocratie moderne, mais au temps de la monarchie, la vraie, les rois n'étaient pas des lâches, élus sans considération de leur varna (Une des quatre divisions de la société) et des qualités requises pour s'asseoir sur le trône. Lors de la bataille de Kuruksetra, par exemple, tous les chefs d'Etat -Drona, Bhisma, Arjuna, Duryodhana, et tous les autres-, dans les deux camps, participaient activement au combat, lequel se déroulait aussi, notons-le, en un lieu bien déterminé, loin de toute résidence; aucun ne restait dans l'ombre, à simplement approvisionner les troupes. Car non seulement les rois combattaient-ils avec courage, mais ils veillaient également à ce que les innocents citoyens ne soient pas touchés par le combat.
S.B. Chant I, ch. 9, verset 37, teneur et portée.

Compilation par Aprakrita dasa

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare