Dans le Kali-yuga, le chant du Saint Nom est la voie d'accès la plus facile vers la conscience de Krishna :

[Maitreya dit à Vidura:] " Maharaja Prithu se soumit à ces pratiques fort austères afin d'acquérir la maîtrise de ses paroles et de ses sens, de s'abstenir de toute émission de semence et de régulariser le cheminement de l'air vital dans son corps. Toute cette ascèse n'avait qu'un but : satisfaire Krishna. "

Les Écritures préconisent pour le Kali-yuga :

harer nama harer nama
harer namaiva kevalam
kalau nasty eva nasty eva
nasty eva gatir anyatha
(Brhan-naradiya Purana)

Celui qui désire être reconnu par Krishna, le Seigneur Suprême, doit chanter sans fin les Saints Noms, vingt-quatre heures par jour. Les êtres infortunés qui ne peuvent adopter cette voie préfèrent s'adonner à quelque pseudo-méditation, mais tout en négligeant les autres formes d'austérités. Le fait est qu'il faut pourtant soit accepter les rudes austérités mentionnées dans ce verset pour se purifier, soit adopter la voie du service de dévotion préconisée pour celui qui veut satisfaire Krishna. Puisqu'il est impossible de se soumettre à d'aussi rudes pénitences durant le Kali-yuga, l'être conscient de Krishna fait preuve de la plus haute intelligence. Il suffira donc de suivre l'exemple de grandes personnalités comme Chaitanya Mahaprabhu. Celui-ci enseigne dans Son Siksastaka : param vijayate sri-krsna-sankirtanam : gloire aux Saints Noms de Krishna qui, d'emblée, purifient le cœur et confèrent immédiatement la libération (bhava-mahadavagni-nirvapanam). S'il est vrai que tous les yogas ont pour but la satisfaction de Krishna, alors cette simple voie du bhakti-yoga recommandée pour cet âge est suffisante en elle-même. (S.B. 4.23.7)

Les Écritures prescrivent le chant du maha-mantra pour se laver de toute souillure matérielle et retourner auprès de Dieu :

La vie humaine n'est pas destinée à faire de nous un porc ou un chien, mais à la pratique du tapo divyam, c.-à-d. des austérités transcendantales. On devrait enseigner à tout le monde la pratique de l'austérité (tapasya). Bien qu'il puisse ne pas être possible de se livrer à un tapasya tel que celui de Prisni et de Sutapa, le sastra nous propose un tapasya aisé à accomplir - le Mouvement de sankirtana. On ne peut attendre du tapasya que cela nous permette d'avoir Krishna pour enfant, mais simplement en chantant le maha-mantra Hare Krishna (kirtanad eva krsnasya), on peut devenir pur au point de s'affranchir de la souillure du monde matériel (mukta-sanga) et de retourner à Dieu, en sa demeure originelle (param vrajet). Le Mouvement pour la Conscience de Krishna enseigne donc aux gens à ne pas adopter des méthodes artificielles pour trouver le bonheur, mais à emprunter la voie véritable du bonheur tel que le sastra le prescrit - le chant du mantra Hare Krishna - et atteindre ainsi la perfection dans chaque aspect de la vie matérielle. (S.B. 10.3.34-35)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare