Voici une petite expérience que j'ai connue en Inde en 2014. Je garde de ce moment un excellent souvenir. C'était dans la ville de Mangalore et non Bangalore (qui est une autre ville)  lors du Ratha-Yatra (festival du chariot) annuel. Je vous présente pour débuter cette vidéo de ce festival.

 

 

Avant ce festival, j'étais avec mon ami Ratha-Yatra prabhu. Oui c'est bien son nom, je ne fais pas erreur. On regardait ici et là les autres dévots préparer le festival. Tout à coup un autre dévot est accouru vers nous pour nous dire que le président du temple voulait nous voir. Nous sommes donc aller à sa rencontre. Nous sommes donc montés sur la scène où il se trouvait en compagnie de d'autres dévots et devant une foule de quelques centaines de personnes.

Il nous a dit qu'il serait bien de parler devant ce public pendant une couple de minutes. Mon coeur a commencé à battre plus fort. Je n'avais jamais parlé devant tant de gens de toute ma vie et encore moins en anglais que je ne maîtrise pas tellement. Je me suis donc assis devant la table et je méditais tout doucement sur ce que j'allais dire. Mon tour est finalement arrivé et je me suis retrouvé devant le micro, devant tous ces gens et malgré leurs présences, je me sentais tout de même bien seul. Il fallait que je me débrouille.

J'ai commencé par leur dire que j'étais canadien français et que je ne parlais pas très bien en anglais. C'est moi ici sur la photo devant le micro. Je ne me rappelle pas qui m'a donné cette photo, mais je la conserve depuis ce moment.

J'ai continué à parler et je leurs ai parlé un peu de Srila Prabhupada. J'ai dit que lorsque nous aimons une personne nous ne cessons de parler d'elle. Cela est bien vrai, car sûrement nous l'avons tous expérimenté. Lorsque nous sommes en amour avec une personne, celle-ci habite en nous et nous ne cessons de parler d'elle à nos ami(e)s. Alors j'ai dit que c'est la même chose pour Prabhupada. Il est en amour complète avec Krishna. Cela est prouvé par le fait qu'il parle constamment de Krishna. Rares sont les pages dans ses livres où le mot Krishna n'est pas écrit. 

J'ai terminé mon court discours en demandant aux gens de ne pas cesser de réciter le maha-mantra. Ils m'ont applaudi et je suis retourné m'asseoir le coeur soulagé de m'en être sorti assez bien.

Dans la journée quelques dévots sont venus me dire qu'ils avaient aimé ce que j'avais dit. J'en étais bien sûr très content.

Voilà c'est un petit souvenir que je voulais partager encore avec vous.

 

Aprakrita Dasa