Pour comprendre le cours général de la nature matérielle, il suffit d'observer un simple fruit. Il se développe à partir d'une fleur, puis mûrit; et devient alors jour après jour plus blet, jusqu'à ce qu'il tombe et se décompose dans la terre. Il laisse après lui une graine qui, à son tour, devient un arbre et produit de nombreux autres fruits. Et dans le cours du temps, ceux-ci trouveront le même destin.

 

Le corps de l'homme suit une évolution semblable. L'homme prend sa forme organique dans la matrice d'une mère immédiatement après le rapport sexuel, et grossit peu à peu dans cette matrice. Après sa naissance, il grandit, passe de l'état de nourrisson à celui d'enfant, d'adolescent, d'adulte, puis de vieillard; et finalement, il s'affaiblit et meurt - malgré les espoirs et les rêves de nos romanciers. Il n'existe donc aucune différence entre l'évolution organique de l'homme et celle du fruit. Comme un fruit, l'homme peut laisser après lui des graines - ses enfants - mais le corps de matière qu'il occupe ne peut exister sans fin. Telle est la loi de la nature.

 

Comment pourrait-on ignorer cette loi? Nul savant, aussi habile soit-il, ne peut en changer la rigueur. Nul astronome ne peut non plus changer le cours des planètes; il lui est tout au plus possible de créer des imitations de planètes, les satellite artificiels. Des enfants peuvent en être impressionnés et donner une grande importance aux créateurs de ces satellites, mais l'homme sensé ne devrait-il pas tourner plutôt son attention vers le Créateur des corps célestes véritables tel le soleil, les étoiles et les planètes dont le nombre est si considérable qu'aucun savant ne peut le déterminer? S'il nous faut reconnaître, pour les satellites artificiels, l'existence d'un créateur - Russe ou Américain -, il nous faut également reconnaitre un créateur pour les immenses planètes, lui aussi vivant en quelqu'endroit déterminé. S'il est besoin de tant de cerveaux scientifiques pour fabriquer et mettre sur trajectoire orbitale un satellite, quelle doit donc être la perfection du cerveau de celui qui créa les gataxies d'étoiles, qui les maintient sur leur orbitre?

 

Puisé dans le livre: Antimatière et éternité.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare