Peu de gens aiment le sujet de la mort, mais rassurez-vous, car elle ne signifie pas une perte de conscience totale. Nous ne finissons pas dans un trou noir pour toujours, comme beaucoup de gens le croient. L'âme ou l'entité vivante donnant vie à notre corps est éternelle. Cela veut dire qu'elle a toujours existé et ne cessera jamais d'être, donc elle ne meurt pas.

La mort est l'aboutissement naturel de la vie. Nous devons nous y préparer, même si cette étape n'est pas la fin de tout. Personne ne sait combien de temps nous passerons dans ce corps. La mort peut arriver soudainement. Le temps qu'il nous reste à vivre nous est aussi inconnu. Il est regrettable que la société actuelle ne juge pas important de nous informer sur la mort.

Habituellement, on évite de parler de ce sujet qui constitue pourtant une étape très importante de notre vie. On néglige d'en discuter, car c'est un propos qui fait peur. Bien entendu, laisser des gens que nous avons côtoyés pendant plusieurs années nous effraie, surtout lorsque nous ne connaissons pas la prochaine destination. Pourtant, la mort a sa raison d'être mais nous la comprenons mal. En Occident, on nous présente les plaisirs de ce monde comme la chose la plus importante qui soit, uniquement pour nous faire oublier la mort. Par contre, si nous étions instruits davantage sur ce phénomène naturel alors nous pourrions être mieux préparés pour notre prochaine vie. Nous pourrions choisir notre prochaine destination. Certains grands sages, grâce à la méditation, sont en mesure de choisir la planète sur laquelle ils souhaitent se rendre. Ces grands sages sont des humains comme vous et moi, alors il nous est possible aussi de devenir comme eux.

Si nous ne sommes pas préparés, lorsqu'elle viendra nous serons effrayés. Une de mes amies qui s'est retrouvée un jour à l'hôpital, s'est vu annoncer, quelques jours après son arrivée dans cet établissement, qu'il ne lui restait plus qu'une semaine à vivre. En apprenant la nouvelle, elle est devenue furieuse et a saccagé le bureau du médecin. Bien des gens auraient réagi de la même manière en apprenant une telle nouvelle. Nous savons que tout le monde doit mourir, mais nous nous plaisons à penser qu'on fera une exception pour nous. Cependant notre tour viendra un jour, c'est certain. Alors, il faut s'y préparer, et ce, dès maintenant. La Bhagavad-gita nous enseigne que le moment de la mort ne trouble pas le sage qui a conscience de sa nature spirituelle. Il vaut mieux faire la paix avec la mort qu'essayer de la conquérir. Il est difficile, bien entendu, de tout laisser au dernier moment, mais si nous savons que nous nous dirigeons vers un endroit meilleur le voyage sera même réconfortant. Il est toujours un peu pénible de quitter la maison qu'on habite, mais si nous nous dirigeons vers une plus belle demeure, alors nous ne serons pas affectés.

Quiconque cependant, ne connaît pas la différence entre l'âme et le corps, sera effrayé par la mort. Bien des gens pensent que nous prenons vie au moment de la naissance et que nous perdrons conscience pour toujours au moment de la mort. C'est effrayant d'avoir une si pauvre connaissance. Le résultat est que tout le monde pense que nous devons jouir de nos sens au maximum car nous ne sommes que de passage sur cette planète.

Le mental est la source de toutes nos peurs et de nos souffrances. Lorsque les choses ne vont pas comme nous le souhaitons, le mental a de la difficulté à l'accepter. Personne ne désire mourir, mais du moment où nous savons que nous sommes éternels, tout cela devient rassurant et, par la maîtrise du mental, nous obtenons ainsi un certain contrôle sur notre prochaine vie.

Il est certes malaisé de dompter ce mental fébrile. On y parvient cependant, ô fils de Kunti, par une pratique constante et par le détachement. (B.g. VI-34)

La façon recommandée pour maîtriser le mental, en cet âge est le chant du maha-mantra: Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare.

Par Aprakrita dasa

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare