Imprimer

0:00
Durée :
0:00

Vous pourrez commencer à lire le texte à 2.18 minutes.





VERSET 1

Dhrtarastra dit:
O Sanjaya, qu'ont fait mes fils et les fils de Pandu après s'être assemblés au lieu saint de Kuruksetra, prêts à livrer bataille ?



VERSET 2

Sanjaya dit : O Dhrtarastra, après avoir observé l'armée des fils de Pandu déployée en ordre de combat, le roi Duryodhana s'approcha de son précepteur et lui tint ces propos:



VERSET 3

"Contemple, ô mon maître, la puissante armée des fils de Pandu, disposée de si experte façon par ton brillant élève, le fils de Drupada."



VERSETS 4

"Y vois-tu ces vaillants archers, qui, au combat, égalent Bhima et Arjuna? Et combien d'autres grands guerriers, dont Yuyudhana, Virata et Drupada!



VERSET 5

Dhrstaketu, Cekitana, Kasiraha, Purujit, Kuntibhoja, Saibya, et tant d'autres encore, tous grand héros à la force remarquable!



VERSET 6

"Vois le remarquable Yudhamanyu, le très puissant Uttamauja, le fils de Subhadra et les fils de Draupadi. Tous sont de valeureux combattants sur le char.



VERSET 7

"O toi, le meilleur des brahmanas, laisse-moi maintenant te dire quels chefs très habiles commandent mon armée.



VERSET 8

"Ce sont des hommes de guerre renommés pour avoir, comme toi, obtenu la victoire dans tous leurs combats: Bhisma, Karna, Krpa, Asvatthama, Vikarna et Bhurisrava, le fils de Somadatta.



VERSET 9

Et nombre d'autres héros encore sont prêts à sacrifier leur vie pour moi, tous bien armés, tous maîtres dans l'art de la guerre.



VERSET 10

On ne peut mesurer nos forces, que protège parfaitement Bhisma, l'ancien, tandis que les forces des Pandavas sont limitées, puisqu'elles n'ont pour les défendre que les soins de Bhima.



VERSET 11

Maintenant, vous tous, de vos positions respectives, apportez toute votre aide au vieux maître Bhisma.



VERSET 12

A cet instant, Bhisma, le grand et vaillant aïeul de la dynastie des Kurus, père des combattants, souffle très fort dans sa conque, qui résonne comme le rugissement d'un lion, réjouissant le coeur de Duryodhana.



VERSET 13

Alors les conques, bugles, cors, trompettes et tambours se mettent à retentir, et leurs vibrations confondues provoquent un grand tumulte.



VERSET 14

Dans l'autre camp, debout sur leur vaste char, attelé à des chevaux blancs, Krsna et Arjuna soufflent dans leurs conques divines.



VERSET 15

Krsna souffle dans Sa conque, Pancajanya, et Arjuna dans la sienne, Devadatta; Bhima, le mangeur vorace aux exploits surhumains, fait retentir Paundra, sa conque formidable.



VERSETS 16-18

Le roi Yudhisthira, fils de Kunti, fait résonner sa conque, Anantavijaya; Nakula et Sahadeva soufflent dans la Sughosa et la Manipuspaka. Le roi de Kasi, célèbre archer, le grand guerrier Sikhandi, Dhrstadyumna, Virata et Satyaki l'invincible, Drupada et les fils de Draupadi et d'autres encore, ô roi, comme les fils de Subhadra, tous puissamment armés, font aussi sonner leur conque.



VERSET 19

Le mugissement de toutes ces conques réunies devient assourdissant, et, se répercutant au ciel et sur la terre, il déchire le coeur des fils de Dhrtarastra.



VERSET 20

A ce moment, ô roi, assis sur son char, dont l'étendard porte l'emblème de Hanuman, Arjuna, le fils de Pandu, saisit son arc, prêt à décocher ses flèches, les yeux fixés sur les fils de Dhrtarastra, puis s'adresse à Hrsikesa.



VERSETS 21-22

Arjuna dit:
O Toi, l'infaillible, mène, je T'en prie, mon char entre les deux armées afin que je puisse voir qui est sur les lignes, qui désire combattre, qui je devrai affronter au cours de la bataille imminente



VERSET 23

Que je voie ceux qui sont venus ici combattre dans l'espoir de plaire au fils malveillant de Dhrtarastra.



VERSET 24

Sanjaya dit:
Sri Krsna a entendu la requête d'Arjuna, ô descendant de, Bharata et Il conduit le char splendide entre les deux armées.



VERSET 25

Devant Bhisma, Drona et tous les princes de ce monde, Hrsikesa, le Seigneur, dit à Arjuna: "Vois donc, ô Partha, l'assemblée de tous les Kurus."



VERSET 26

Arjuna voit alors, dispersés dans les deux camps, ses pères, aïeux, précepteurs, oncles maternels, frères, fils, petits-fils et amis; avec eux, son beau-père et tous ceux qui jadis lui ont montré tant de bienveillance. Tous sont présents.



VERSET 27

Voyant devant lui tous ceux à qui des liens d'amitié ou de parenté l'unissent, Arjuna, le fils de Kunti, est saisi d'une grande compassion et s'adresse au Seigneur.



VERSET 28

Arjuna dit:
Cher Krsna, de voir ainsi les miens, devant moi en lignes belliqueuses, je tremble de tous mes membres et sens ma bouche se dessécher.



VERSET 29

Tout mon corps frissonne et mes cheveux se hérissent. Mon arc, Gandiva, me tombe des mains, et la peau me brûle.



VERSET 30

O Kesava, je ne puis demeurer ici plus longtemps. Je ne suis plus maître de moi et mon esprit s'égare; je ne présage que des événements funestes.



VERSET 31

Que peut apporter de bon ce combat, où sera massacrée ma propre famille? A pareil prix, ô Krsna, comment pourrais-je encore désirer la victoire, aspirer à la royauté et aux plaisirs qu'elle procure?



VERSETS 32-35

O Govinda, que servent tant de royaumes, que sert le bonheur, à quoi bon la vie même, quand ceux pour qui nous désirons ces biens se tiennent maintenant sur le champ de bataille? O Madhusudana, regarde. Toute ma famille, mes pères, fils, aïeux, oncles maternels, beaux-pères, petit-fils et beaux-frères, et mes maîtres aussi, tous prêts à sacrifier leur vie et leurs richesses, se dressent devant moi. Comment pourrais-je souhaiter leur mort, dussé-je par là survivre? O Toi qui maintiens tous les êtres, je ne peux me résoudre à lutter contre eux, même en échange des trois mondes, et que dire de cette terre.



VERSET 36

Bien qu'ils soient nos agresseurs, si nous tuons nos amis et les fils de Dhrtarastra, nous serons la proie du péché; un tel crime serait indigne de nous. Et de quel profit serait-il? O Krsna, Toi l'Epoux de la déesse de la fortune, comment pourrions-nous être jamais heureux après avoir tué ceux de notre lignage?



VERSETS 37-38

O Janardana, si, aveuglés par la convoitise, ces hommes ne voient aucun mal à détruire leur famille, nulle faute à se quereller avec leurs amis, pourquoi nous, qui voyons le péché, devrions-nous agir de même?



VERSET 39

La destruction d'une famille entraîne l'effondrement des traditions éternelles; ses derniers représentants sombrent alors dans l'irréligion.



VERSET 40

Lorsque l'impiété, ô Krsna, règne dans une famille, les femmes se corrompent, et de leur dégradation, ô Descendant de Vrsni, naît une progéniture indésirable.



VERSET 41

L'accroissement du nombre de ces indésirables engendre pour la famille, et pour ceux qui en ont détruit les traditions, une vie d'enfer. Les ancêtres sont oubliés, on cesse de leur offrir les oblations d'eau et de nourriture.



VERSET 42

Ceux qui, par leurs actes irresponsables, brisent la tradition du lignage, ceux-là provoquent l'abandon des principes grâce auxquels prospérité et harmonie règnent au sein de la famille et de la nation.



VERSET 43

Je le tiens de source autorisée, ô Krsna : ceux qui détruisent les traditions familiales vivent à jamais en enfer.



VERSET 44

Hélas, par soif des plaisirs de la royauté, n'est-il pas étrange que nous nous apprêtions maintenant à commettre de si grands crimes?



VERSET 45

Mieux vaut mourir de la main des fils de Dhrtarastra, sans armes et sans faire de résistance, que de lutter contre eux.



VERSET 46

Sanjaya dit:
Ayant ainsi parlé sur le champ de bataille, Arjuna laisse choir son arc et ses flèches; il s'asseoit sur son char, accablé de douleur.



FIN DU PREMIER CHAPITRE