La Nouvelle du Jour

 

En cette ère de prospérité économique, on n'est plus guère enclin à fréquenter églises ou temples. « Quelles sont ces sottises? pense-t-on. Pourquoi aller prier à l'église pour du pain? Développons notre économie et nous en aurons suffisamment » Cette mentalité prévaut surtout dans les pays communistes où, exhortés à aller prier à l'église, les gens le font en toute innocence. À la porte de l'église, les communistes leur demandent:

« Avez-vous obtenu du pain?
- Non, leur répond-on.
- Ah bon! Demandez-nous en maintenant.
- 0 camarades, donnez-nous du pain. »
Bien sûr, ceux-ci ont pris soin d'en apporter un plein camion -. « Pain à volonté; servez-vous.
Maintenant, qui vaut mieux? Les communistes ou votre Dieu? »
Guère intelligents, les gens répondent: « Vous, camarades. »

Ils n'ont pas l'intelligence de demander: « D'où vous vient tout ce pain? L'avez-vous fabriqué en usine? Vos usines peuvent-elles créer des céréales? » Étant shoûdras (peu intelligents), ils oublient de poser ces questions. Doté d'une intelligence développée, le brahmane, lui, s'enquiert aussitôt: « D'où tenez vous ce pain? Vous ne pouvez pas le fabriquer en usine. Vous ne faites que transformer le blé donné par Dieu, mais il ne vous appartient pas pour autant »

La simple transformation d'une chose en une autre ne fait pas du produit flnal notre propriété. À titre d'exemple, si je donne au menuisier bois, outils et salaire pour qu'il réalise une superbe armoire, à qui appartiendra celle-ci - au menuisier ou à celui qui en a fourni les éléments? Le menuisier ne saurait dire: « Ayant transformé ce bois en cette jolie armoire, celle-ci m'appartient » De même, il faut dire aux communistes athées: « Qui fournit les ingrédients de votre pain? Tout cela vient de Krishna, qui déclare dans la Bhagavad-gita: Les éléments de la Création matérielle M'appartiennent tous., Vous n'avez pas créé la mer, la terre, le ciel, le feu ou l'air. Vous pouvez combiner et transformer ces éléments matériels; prendre la terre du sol et l'eau de l'océan, puis les mélanger et les placer dans un four à briques. Érigeant ensuite un gratte-ciel grâce aux briques ainsi obtenues, vous en revendiquerez le droit de propriété. Mais où avez-vous puisé les éléments de cet édifice? Ayant volé ce qui appartient à Dieu, vous proclamez désormais que c'est votre propriété. » Voilà des paroles empreintes de connaissance.

Hélas, les victimes d'ivresse matérielle ne peuvent comprendre cela. Ils pensent: « Nous avons arraché l'Amérique aux Amérindiens; ce pays nous appartient désormais. » Ils ignorent être des voleurs. Or, la Bhagaved-Gîta dit clairement que celui qui prend la propriété de Dieu pour la proclamer sienne est un voleur (stena eva sah).

Les dévots de Krishna possèdent donc leur propre forme de communisme, qui veut que tout appartienne à Dieu. De même que les communistes russes et chinois pensent que tout appartient à l'État, nous croyons que tout est propriété divine. Il ne s'agit là que d'un prolongement de la même philosophie; le comprendre ne requiert qu'un peu d'intelligence. Pourquoi croire que notre État n'appartient qu'à une petite communauté? En réalité, tout appartient à Dieu; tous y ont donc droit en tant qu'enfant de Dieu, le Père Suprême. Dans la Bhagavad-Gita (XIV.4), le Seigneur Krishna dit: sarva-yonisu kaunteya... aham bîja-pradah pita: « Je suis le Père de tous les êtres vivants, Celui qui donne la semence. Quelles que soient les formes qu'ils habitent tous sont Mes fils. »

Nous, êtres vivants, sommes tous fils de Dieu; mais l'ayant oublié, nous nous faisons la guerre. Dans une famille heureuse, tous les fils savent: « Père nous procure tous de quoi manger. Étant frères, pourquoi se battre? » De même, si nous devenons conscients de Dieu, conscients de Krishna, toute guerre dans le monde prendra fin. « Je suis Américain, je suis Indien, je suis Russe, je suis Chinois » toutes ces dénominations absurdes n'existeront plus. Le Mouvement pour la Conscience de Krishna opère une telle purification que dès que les gens auront acquis cette conscience, tous leurs conflits politiques et nationaux prendront aussitôt fin. Retrouvant leur véritable conscience, ils comprendront que tout appartient à Dieu. Les enfants d'une même famille ont droit aux privilèges accordés par le père. Pareillement, si chacun fait partie intégrante du Divin, si chacun est un enfant de Dieu, tous ont le droit d'utiliser les biens du Père. Et ce droit ne revient pas uniquement aux humains, mais - selon la Bhagavad-gita - à tous les êtres vivants, qu'ils habitent un corps humain, animal, végétal... Telle est la conscience de Krishna.

Tiré du livre la Reine Kunti.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare