Imprimer

Voici le résumé d'une lecture donnée par Srila Prabhupada le 11 juin 1969 à New-Vrindavan. (Śrīmad-Bhāgavatam 1.5.12-13)


Donc les śāstra (Écritures) disent quel est le sens de cette décoration sur un corps mort? Quel bénéfice pour l'homme qui est mort, quel bénéfice en tire-t-il? Supposons que vous rendiez ses lèvres très souriantes, mais en fait, cet homme sourit-il vraiment? (rires) De même, en Inde aussi, les cordonniers, eux, durant leur vie, ils s'habilleront très misérablement, ne dépenseront pas d'argent, mais après la mort ils achèteront du velours et couvriront le corps et très joliment le décorer, et avec une bande d'amis en fête ils vont promener le cadavre. Aprāṇasyeva dehasya maṇḍanaṁ loka-rañjanam. Cela peut donc être très agréable aux parents de voir le cadavre ainsi décoré. Les fils de ce cadavre peuvent le voir et dire, "Oh, mon père sourit." (rires) Mais il ne sait pas où son père est déjà parti.


Cette civilisation matérielle est donc comme décorer un cadavre. Ce corps est mort. C'est un fait. Tant que l'âme est là, elle travaille, elle bouge. Tout comme votre manteau, il est mort. Mais tant qu'il est sur votre corps, il semble que ce vêtement bouge. Le manteau bouge. Quelqu'un peut en être très étonné, "Oh, comme le manteau bouge!" (rires) Il ne sait pas que le manteau ne peut pas bouger. Le manteau est mort. Mais parce que l'homme qui met le manteau, le fait bouger, le pantalon bouge, les chaussures bougent, le chapeau bouge. De même, ce corps est mort. Il a une durée de vie: ce cadavre restera pour un temps déterminé. C'est ce qu'on appelle la durée de vie. Mais les gens s'intéressent à ce cadavre exactement comme les cordonniers ou ces hommes décorés. Donc la décoration du cadavre. Aprāṇasyeva ... Aprāṇasya signifie mort. Aprāṇasyeva maṇḍanaṁ loka-rañjanam. Loka-rañjanam: "C'est très agréable aux parents." C'est tout. De même, pour obtenir la libération, nirañjanam-nirañjanam cela signifie sortir de cette soi-disant décoration du cadavre - il faut avoir des connaissances sur cette situation.

Note par Aprakrita Dasa: "Les matérialistes pensent que leur vrai moi est ce corps. Ils font une grave erreur en pensant ainsi. Nous sommes une âme spirituelle vivant dans ce corps. Pour bien comprendre il faut spiritualiser notre conscience en récitant le maha mantra, 16 tours chaque jour."