Selon les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé, 53 millions d'avortements sont pratiqués chaque année, ce qui fait de cet acte, et de très loin, l'opération chirurgicale la plus pratiquée dans les hôpitaux, puisque le chiffre se situe à environ 140.000 avortements par jour. Si on ajoute les 22 millions d'avortements illégaux et les actes gynécologiques, tel le "curtage", ce nombre avoisine 97 millions de vies supprimées annuellement, soit plus de 4 fois plus que le nombre de tués lors de la seconde guerre mondiale!

Aux Etats-Unis, ce ne sont pas moins de 500 bébés par an qui naissent vivants dans les unités d'avortements" des hôpitaux et cliniques. Que font-ils de ces bébés? Beaucoup sont lâchement éliminés; d'autres sont utilisés pour l'expérimentation et la recherche médicale et scientifique.

Que deviennent les foetus et les bébés ?

Les foetus sont incinérés ou jetés aux ordures... tout du moins c'est la réponse officielle. Pourtant, en pratique, un véritable marché du foetus s'est développé, rapportant des sommes d'argent considérables aux cliniques et hôpitaux pratiquant des avortements.

Des médecins ex-avorteurs confient que lorsque les foetus peuvent être mis de côté, ils sont vendus aux laboratoires de produits chimiques qui les utilisent pour en faire des cosmétiques. Là encore, nous sommes en plein dans des pratiques nazis puisque les SS fabriquaient eux aussi du savon avec la graisse des juifs!...

Aux Etats-Unis, dont l'avortement est pratiqué jusqu'au 9ème mois de grossesse, les bébés sont vendus à la recherche pour des expérimentations scientifiques (exposition à des radiations nucléaires et autres...) ou à la recherche médicales!

En Belgique, des femmes sont payées pour porter leur enfant indésirable jusqu'au sixième ou septième mois afin de le céder ensuite, bien vivant, à la médecine ou à l'industrie cosmétique comme matière première.

 

On enregistre chaque année des centaines de milliers d'avortements dont les deux-tiers sur des jeunes filles de moins de vingt ans. Et on appelle cela le progrès! Des jeunes filles tombent victimes d'hommes irresponsables qui veulent simplement les exploiter sans avoir à se préoccuper de mariage, et continuent de se croire supérieur aux animaux. Les contraceptifs sont également le produit d'une société matérialiste athée; mais incapables de maîtriser leurs sens, les hommes ne peuvent plus s'en passer. L'appétit sexuel est particulièrement puissant de treize à trente ans, et quiconque n'a aucune expérience des joies spirituelles, combien plus grandes que les plaisirs matériels, doit se prendre aux pièges que lui tendent les sens, se rejetant ainsi au rang le plus bas. Le vrai but de l'existence leur est tout à fait inconnu; il n'est donc pas surprenant qu'ils s'identifient à leur corps et commettent l'erreur de se croire Américain, Français ou Allemand, blanc ou noir, chrétien ou hindou... Ils ne valent pas mieux, en réalité, que des animaux, car seul le chien se croit un chien. L'âme n'appartient à aucune espèce, à aucun pays; elle demeure purement spirituelle. Et toute la culture védique a justement pour but d'aider l'homme à comprendre qu'il n'appartient pas à ce monde de matière, qu'au contraire, il fait partie intégrante de Dieu, Krishna, et qu'il ne peut trouver de bonheur réel qu'en Le servant avec amour et dévotion.

Par: Aprakrita Dasa

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare